RTBFPasser au contenu
Rechercher

WRC

Julien Moncet et les progrès chez Hyundai : "Ca prend du temps, certainement trop... mais l'équipe n'est pas en crise"

Julien Moncet et les progrès chez Hyundai : "Ca prend du temps, certainement trop... mais l'équipe n'est pas en crise"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

02 juin 2022 à 11:39Temps de lecture2 min
Par Maxime Berger avec Olivier Gaspard

116 points pour Hyundai contre 175 à Toyota : le team sud-coréen entend profiter du Rallye de Sardaigne, cinquième manche de la saison WRC, le championnat du monde des rallyes, pour se relancer dans cet exercice 2022.

"Il y a eu des critiques après le Portugal. Ca fait toujours mal à entendre, mais il y a toujours des choses constructives à retenir. On a analysé, on a revu le tout en interne et on a essayé d’améliorer ce qui était possible dans l’espace-temps de seulement quelques jours. Tout n’a pas pu être traité. On a essayé d’améliorer notre organisation, nos process, notre communication. On a fait d’énormes progrès depuis le début de l’année. Ce n’est pas parfait, mais on travaille. Le Kenya viendra aussi très vite, on aura juste quelques jours. Je ne pense pas que notre équipe est en crise. On n’est pas là où on voudrait être, tout n’est pas encore réglé. Il y a encore beaucoup de points d’interrogation sur beaucoup de choses. On se rapproche de plus en plus du dénouement. On travaille sur la logistique, les pièces, la performance de la voiture. Ca prend du temps, certainement trop car l’objectif reste de jouer le championnat", a indiqué Julien Moncet à notre micro.

Et le directeur d'équipe ad-interim chez Hyundai Motorsport d'ajouter : "Un bon résultat ici, ce serait une victoire. Il faut être réaliste. La voiture se montre relativement compétitive, mais on a encore des problèmes de fiabilité. Ce sera le point clé durant ce rallye car ce sera encore un peu plus éprouvant qu’au Portugal. En matière de performance, il y a encore un écart à combler par rapport à Toyota."

Un des sujets de discussions en Sardaigne, c'est naturellement la chaleur. "On va frôler avec les 40 degrés ici. Vous pouvez imaginer à l’intérieur des voitures. On peut essayer d’isoler du turbo et de la ligne d’échappement, mais on ne peut pas changer l’architecture de l’auto. On peut également essayer de limiter les sources extérieures, comme le soleil. On aura un toit doré, il reflète la chaleur. Ca va faire gagner quelques degrés. On travaille aussi sur la circulation de l’air dans la voiture. Il y a également des vitres teintées sur le côté. On avait discuté de tout cela dès le dimanche au Portugal, on a eu rapidement des réunions avec la FIA. Il y a des craintes au sujet de l’hybride et des moteurs thermiques aussi, on va être à la limite au niveau du refroidissement. Certains risquent de subir une perte de performance à cause de cela. La fiabilité est toujours importante, elle le sera encore plus sur un rallye comme celui-ci", a aussi précisé Julien Moncet.

Articles recommandés pour vous