RTBFPasser au contenu

Journée des droits des femmes : seuls 22% des hôpitaux wallons et bruxellois sont dirigés par une femme

Journée des droits des femmes : seuls 22% des hôpitaux wallons et bruxellois sont dirigés par une femme

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes de ce 8 mars, le Journal du Médecin/l’Artsenkrant publie les résultats d’une enquête sur la place des femmes dans le management hospitalier. Combien sont directrices ? Qu’en est-il de la parité homme femme ?

Pour répondre à ces questions, ils ont examiné les conseils d’administration et médicaux de 89 hôpitaux généraux et universitaires belges.

Parmi les 36 hôpitaux wallons et bruxellois analysés, huit sont dirigés par une femme, soit 22%. Elles restent donc minoritaires. En ce qui concerne les conseils d’administration, on retrouve 1/3 de femmes pour 2/3 d’hommes.

Toujours selon cette étude, 28% des femmes, que ce soit du côté francophone ou néerlandophone, composent le conseil d’administration des hôpitaux.

Majoritaires dans les ressources humaines

Les femmes occupent par contre une place majoritaire dans le secteur des ressources humaines. La direction infirmière l’est aussi côté francophone, à l’inverse de la Flandre, ou dans plus de la moitié des cas, ce sont des hommes qui la dirigent. En ce qui concerne les finances, tant au Nord qu’au Sud, ce sont des hommes qui sont aux commandes.

Finalement, un tiers des membres des conseils médicaux des hôpitaux francophones sont des femmes, contre un quart dans les hôpitaux néerlandophones. Trois hôpitaux flamands ne comptent aucune femme dans leur conseil médical.

La médecine se féminise, mais les décideurs hospitaliers restent encore trop souvent des hommes.

Les femmes font une carrière, mais ont à coté de ça la gestion des enfants, de la famille, du ménage,...

Pourtant, Isabelle Loeb, directrice médicale depuis cinq ans au CHU Saint-Pierre à Bruxelles, pense que cette situation dans le secteur hospitalier ne sera pas pareille dans les années à venir. "C'est probablement historique. Les femmes font une carrière, mais ont à coté de ça la gestion des enfants, de la famille, du ménage,... Et je pense qu'aujourd'hui ce sont des choses qui se partagent entre les deux membres du couple et de ce fait là les femmes vont prendre dans l'avenir de plus en plus de responsabilités." 

Une position partagée par l'Organisation Internationale du Travail (OIT), qui considère que la garde des enfants est le facteur le plus bloquant en matière d’égalité à l’emploi. "Lorsque les hommes partagent de manière plus équitable ce travail non rémunéré, davantage de femmes se retrouvent à des positions managériales", précise Manuela Tomei, directrice de l'OIT.

Articles recommandés pour vous