RTBFPasser au contenu

Monde

Elections RDC: Joseph Kabila vainqueur, Etienne Tshisekedi s'autoproclame

Elections RDC: Joseph Kabila vainqueur, Etienne Tshisekedi s'autoproclame
09 déc. 2011 à 15:06 - mise à jour 09 déc. 2011 à 20:453 min
Par Céline Biourge
L'opposant congolais Etienne Tshisekedi a appelé vendredi soir la population à "rester calme", après l'annonce par la commission électorale de la victoire de Joseph Kabila à la présidentielle en RDC.

"Je remercie le peuple qui m'a élu et je demande à la population de rester calme et sereine", a-t-il déclaré à l'AFP à son domicile à Limete, un quartier populaire de Kinshasa.

Etienne Tshisekedi s'autoproclame président

Juste après la proclamation des résultats, Etienne Tshisekedi s'est autoproclamé vainqueur de ces élections, et a demandé au peuple congolais de lui faire confiance et de prendre ses responsabilités. Il a également demandé à la Communauté internationale de prendre ses responsabilités afin d'éviter que la RDC n'entre dans un nouveau conflit. 

"Je considère (ces résultats) comme une véritable provocation à notre peuple et je les rejette en bloc. En conséquence je me considère depuis ce jour comme le président élu de la République Démocratique du Congo", avait-il alors déclaré.

Interrogé par l'AFP sur ces résultats, Etienne  Tshisekedi a répondu: "Il n'y a pas deux présidents. Nous avons des PV (procès-verbaux) qui montrent clairement que je suis gagnant et de loin!".
Assis à une table recouverte du drapeau national et un drapeau en pied derrière lui, Etienne Tshisekedi a même donné son propre score : "54% des voix qui me sont attribuées contre 26% pour monsieur Kabila".

Rappelons que selon les résultats officiels provisoires, Joseph Kabila l'a emporté avec 48,95 % des voix (8.880.994 voix), loin devant l'opposant de 78 ans Etienne Tshisekedi qui a totalisé 32,33 % des suffrages (5.864.775 voix).

Etienne Tshisekedi refuse de recourir à la Cour suprême

"Il n'y a pas de justice chez Kabila. On parle de la Cour suprême. Cette Cour, c'est une institution privée de M. Kabila. On ne peut pas leur faire l'honneur de recourir à eux (les juges de la Cour). Ce serait leur reconnaître une certaine légitimité. Je ne le ferai jamais", a déclaré Etienne Tshisekedi.

Interrogé sur des heurts et coups de feu entendus dans la soirée à Kinshasa, le leader de l'opposition a affirmé : "Depuis une semaine, chaque jour, la police de Kabila tue des Congolais. Il y en a des dizaines qui sont morts ou bien blessés à l'hôpital. Au moment où nous parlons, il y a encore des coups de feu dans mon quartier". 

Des incidents à Kinshasa

Des incidents ont éclaté et des tirs ont été entendus vendredi dans des quartiers de Kinshasa, après l'annonce de la victoire provisoire du président sortant, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Dans le quartier très populaire de Bandale (centre), des jeunes ont incendié des pneus et jeté des pierres en direction de policiers armés déployés en force dans la zone.

Des tirs ont été entendus dans ce quartier et également dans celui de Limete (est), où se trouve le QG de l'opposant Etienne Tshisekedi. Des policiers dispersaient les regroupements de militants à coups de gaz lacrymogène.

Quelques pillages limités ont été signalés dans plusieurs quartiers, selon des témoins. A Kintambo, des policiers ont été vus en train de forcer la porte d'un magasin, avant de menacer un photographe de l'AFP qui voulait prendre des photos.

Au moins une personne a été blessée par balle à la main près de Bandale, a constaté un photographe de l'AFP.

Dans ce quartier, des petits feux étaient visibles en plusieurs endroits. Plusieurs véhicules ont également été incendiés. La police a procédé à quelques interpellations.

Plusieurs camions chargés chacun d'une vingtaine de policiers sont arrivés sur les lieux vers 18H30 (17H30) pour tenter de disperser une trentaine de manifestants.

Des militaires de la Garde républicaine ont également été dépêchés dans la zone, a constaté une journaliste de l'AFP.

Dans le quartier de la Gombe (nord), où se trouvent la résidence de Kabila et les ministères et ambassades, les manifestations de joie de partisans du président sortant se poursuivaient à la nuit tombée.

C. Biourge et AFP

Des résultats contestés en République démocratique du Congo

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous