RTBFPasser au contenu

Football

Johan Walem : « Le Clasico ? La rivalité est la même que chez les hommes »

Présentation Classico féminin Standard Anderlecht

Un rendez-vous particulier que connait bien l’entraineur des mauves : Johan Walem.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

22 janv. 2022 à 06:003 min
Par Christophe Reculez

Une semaine après les hommes, le Clasico est au programme de la 15ème journée de Super League (D1 féminine) ce samedi (14h). Un rendez-vous particulier que connait bien l’entraineur des mauves : Johan Walem.

Comme joueur (10 ans à Anderlecht, 2 au Standard), comme entraineur des jeunes chez les mauves ou désormais, depuis cette saison, comme entraineur du RSCA Women, l’ancien médian a disputé de nombreux chocs entre les deux équipes. " Et je peux vous dire que la rivalité est la même que chez les hommes ", explique l’ancien entraineur des espoirs belges. " On vit pour ce genre de match. Le Clasico reste le Clasico. Il restera à jamais au-dessus d’une rencontre face à OHL par exemple. Et pourtant les louvanistes sont en tête. "

En effet, après s’être baladés durant 4 ans en D1, les mauves sont actuellement deuxièmes (à 4 points du top) juste devant le… Standard (4 unités de retard sur les mauves). Une pression inédite pour la joueuse Charlotte Tison mais qui offre encore plus de piquant à ce choc. " On doit rester au contact d’OHL ", prévient l’internationale belge. " Sans être dikkenek (NDLR : expression bruxelloise qui désigne un " gros cou "), on n’a pas eu l’habitude de devoir regarder au-dessus de nous au classement. En tout cas lors des quatre dernières saisons. Cela a mis un peu de stress. Surtout venant de l’extérieur. Tout le monde s’étonnait de nous voir perdre des rencontres (NDLR : 3 en 14 matchs depuis le début de la saison). Mais, point positif, cela nous a remis un petit coup de pression. On a envie de gagner tous nos matchs afin de retrouver cette première place. On a beaucoup travaillé, surtout avec les jeunes qui ont découvert le groupe cette saison. "

La découverte et des débuts compliqués

Et c’est sans doute une des raisons du début de saison difficile des mauves.

" On a dû renouveler la moitié de l’équipe ", explique Johan Walem. " Certaines sont parties à l’étranger, d’autres ont souhaité aller trouver plus de temps de jeu ailleurs. On n’aime pas dire ça à Anderlecht parce que l’on veut toujours être en tête du championnat mais, objectivement, l’équipe a été fortement rajeunie et il a fallu reconstruire ".

Autre donnée différente : l’arrivée de Johan Walem. Une première expérience dans le football féminin que le coach des bruxelloises apprécie.

" C’est une nouvelle vie pour moi. Ce n’était pas dans mon intention de base d’entrainer une équipe féminine. Pour être honnête, c’est très différent de ce que j’ai connu avant mais c’est passionnant et très enrichissant. L’aspect psychologique est très important chez les filles mais elles sont aussi extrêmement impliquées dans leur travail. Et, ça, c’est génial. On a encore une belle marge de progression ".

Un nouveau coach, de nouvelles méthodes que l’équipe a aussi dû digérer.

" Au début, on a senti qu’il n’avait pas l’habitude, qu’il venait d’un autre monde ", sourit Charlotte Tison. " Le foot féminin, c’est un peu un autre sport quand même. Mais il a vite compris ces différences et il nous apporte beaucoup. Avoir un coach comme Johan Walem, c’est un rêve pour beaucoup de monde. Il a connu le haut niveau. Et cela se voit à une chose : l’attention qu’il porte aux détails. On n’avait pas l’habitude de cela. Au point que, parfois, on se demandait si ces détails étaient si importants. Et puis, quand on voit que cela fonctionne en match, on en comprend vite l’intérêt. "

Le RSCA Women se rendra donc au Standard avec la ferme intention de ramener les 3 points. En espérant ne pas connaitre la même mésaventure que les messieurs la semaine passée, et ce nul concédé dans les dernières minutes (1-1).

" En effet, et on a bien analysé le dernier match d’Anderlecht ", plaisante Charlotte Tison. " Non, c’est une blague. On a simplement regardé la rencontre. Mais c’est clair que si l’on peut éviter les cadeaux en fin de match, ce serait bien ".

 Une rencontre qui pourrait aussi avoir un impact pour la suite du championnat, bien entendu, mais aussi en Coupe. En effet, les deux équipes se retrouveront également en finale de cette compétition en mai prochain.

Sur le même sujet

14 mai 2022 à 04:56
3 min
21 avr. 2022 à 09:38
1 min

Articles recommandés pour vous