La Première

Joël Privot, architecte urbaniste, un an après les inondations : "pour sauver une centaine de maisons, il faudra peut-être en supprimer quelques-unes"

L'invité de Matin Première

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

12 juil. 2022 à 08:03Temps de lecture4 min
Par Kevin Dero, sur base d'une interview de Thomas Gadisseux et de Marie Van Cutsem

Presque un an jour pour jour plus tard et dans cette semaine de commémorations, l’équipe de Matin Première recevait aujourd’hui un des deux architectes urbanistes mandaté par la région wallonne pour réfléchir en profondeur à l’" après-inondations ". Joël Privot est ainsi chargé d’un travail colossal, à savoir le réaménagement de la vallée de la Vesdre.

Tout d’abord, est-ce bien nécessaire de vouloir penser sur le long terme concernant la crise que nous avons connu l’an dernier ? Sans aucun doute, selon l’architecte urbaniste, interviewé par Marie Van Cutsem et Thomas Gadisseux. Car ce dramatique épisode climatique est susceptible de se reproduire, et pas forcément à très long terme.

D’ici 2050, c’est un ou deux événements pluvieux comparables qui pourraient arriver, selon les climatologiques cités par le scientifique. " Ce n’est pas une crue centennale ou bi centennale comme certains le pensent ". Psychologiquement ça remet les choses dans une autre perspective.

On n’est pas quitte des impacts du changement climatique pour un certain temps

"On n’est pas quitte des impacts du changement climatique pour un certain temps. Et il faut agir avec une grande prudence pour le moment " explique Joël Privot. L’exercice mené par les chercheurs depuis quelque s mois maintenant est de comprendre les mécanismes d’écoulement et de gestion des eaux dans cette région encaissée. " Et comment, à l’avenir, empêcher ou atténuer ce genre de scénario catastrophe. C’est la mission longue pour laquelle nous avons été mandatés par la région wallonne ". Et ce, depuis le mois de février et jusqu’à janvier prochain.

Comment, à l’avenir, empêcher ou atténuer ce genre de scénario catastrophe?

Joël Privot, l’invité de Matin Première, et travaux sur les berges et de la Vesdre et à Pepinster.
Joël Privot, l’invité de Matin Première, et travaux sur les berges et de la Vesdre et à Pepinster. BELGA

Urgence et avenir

Allier l’urgence et penser l’avenir. Une vision à long terme donc. Qui demande du temps pour pouvoir cerner les problèmes et les besoins et échafauder des stratégies.

Paradoxalement, une des difficultés est de gérer le court terme. La population, traumatisée par les événements, est encore en proie à la peur. Dès qu’il pleut beaucoup. Et a parfois du mal à percevoir les efforts pécuniaires et matériel qui y ont été engagés.

Ainsi, quand l’architecte se rend auprès des associations et des communes pour présenter ses recherches, il dit se rendre compte des attentes de la population qui désire parfois une reconstruction rapide. " Il y a un hiatus entre les besoins immédiats (être rassurés), et nous, la perspective de temporalité plus longue dans laquelle on s’inscrit ".

Résilience

Reconstruire de manière résiliente. Schéma directeur d’aménagement ? Contraignant, le Schéma n’a pas de valeur légale. Mais, plan considéré comme " au-dessus de tout ", qui fait appel au niveau moral. Plus personne ne pourra dire " on ne savait pas, on octroyait des permis (de bâtir, ndlr) sans avoir de connaissance ". Joël Privot explique travailler pour intérêt général. Concrètement, il sert à savoir quelles maisons pourraient être reconstruites, celles aussi dont on devrait se passer à l’avenir…

On est là pour éclairer et aiguiller les décideurs 

Les études hydrauliques et hydrologiques, qui nous permettront d’y voir encore un peu plus clair en 2023. De la cartographie pour la gestion de l’eau est en cours… Des zones ont été pointées où il y a un problème d’écoulement de l’eau, des zones aussi pour un potentiel d’urbanisation.

" On est là pour éclairer et aiguiller les décideurs ". Après, ce sont des choix politiques qui auront lieu.

Reportage du 8 juillet :

"Quartiers durables"

Des endroits ont été identifiés, où, " pour sauver une centaine de maisons, il faudra peut-être en supprimer quelques-unes ".

Deux grands chantiers sont en cours dans la région sinistrée, principalement au sud et à l’est de la cité ardente. A savoir le redéveloppement de ce qu’on a appelé les " quartiers durables ". A savoir onze quartiers situés dans neuf communes sinistrées. Il y est identifié ce qu’il faut démolir, ce qu’on peut reconstruire aussi. Et puis il y a ce " plan stratégique pour la reconstruction de la vallée de la Vesdre. "

La difficulté pour le moment est de concilier urgence et vision sur le plus long terme, on l’a vu. Des travaux sont donc menés pour le moment le long des berges notamment (pour les stabiliser, redescendre le lit des rivières…). Des décisions d’aménagement du territoire qui pourraient donc être affinées ou changées après la parution des études à venir. Et l’architecte urbaniste de pousser un petit coup de gueule contre des décisions parfois déjà prises en ce moment par des autorités locales consistant à réurbaniser des secteurs pourtant mentionnés dans les cartes en tant que zones à risques.

A revoir, reportage du 11 juillet

Le milieu naturel, primordial

Le job des architectes urbanistes et de travailler sur le bâti, évidemment. Mais aussi sur la nature. 10 à 15% du bassin-versant de la vallée de la Vesdre est bâti. Le reste est non construit. Prairies, bois, les Hautes-Fagnes aussi (un tiers du territoire) constituent donc un espace primordial pour la gestion de l’écoulement de l’eau – les Fagnes auraient d’ailleurs amené la moitié du volume d’eau s’écoulant à Chaudfontaine, explique ainsi le spécialiste —. Il faut donc travailler en profondeur sur les hautes fagnes. Refaire des tourbières, repenser au drainage, diminuer le nombre d’épicéas…

Penser l’urbanisation, la nature aussi. Tel est le défi, énorme, auquel s’attellent les autorités, par le biais notamment des architectes urbanistes.

Sur le même sujet

Inondations de juillet 2021 en Belgique : un an après, qu’est-ce qui a changé ? (carte interactive)

Inondations 2021

Inondations à La Roche-en-Ardenne : "nous pensions être prêts mais nous commençons la saison sur les genoux"

Regions

Articles recommandés pour vous