JO d'hiver - Pékin 2022

JO Pékin 2022 : un bilan historique pour la Belgique, propulsée par son patinage de vitesse

La délégation de la Belgique lors de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques d’hiver 2022 à Pékin.

© AFP or licensors

Deux médailles et six diplômes olympiques. Hanne Desmet en bronze, Bart Swings en or : mission accomplie pour le TeamBelgium, et ses athlètes présents, aux Jeux Olympiques d’hiver de Pékin ! Une olympiade hivernale historique pour le plat pays, malgré des petites déceptions.

Il fallait remonter à 1948, pour voir notre délégation ramener deux médailles, et c’est également à cette année-là que remontait notre dernier titre olympique aux JO d’hiver. Hanne Desmet est également la première athlète féminine belge à ramener une médaille en sport individuel, de l’histoire des Jeux d’hiver…

Bart Swings : une médaille d’or historique

Jeux Olympiques Pékin 2022 - Patinage Vitesse mass-start : La médaille d'Or de Bart Swings

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Il avait porté la délégation belge sur ses épaules aux derniers Jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang, et il était le seul à avoir remporté une médaille aux Jeux d’hiver au 21e siècle (médaille d’argent en 2018) pour la Belgique. Bart Swings s’est cette fois paré d’or pour offrir, le tout premier titre depuis 1948, au TeamBelgium.

Favori dans sa discipline de prédilection en départ groupé en patinage de vitesse, également appelé Mass Start, le Louvaniste a tenu son rang pour décrocher une deuxième médaille aux JO. Là aussi, il s’agit d’une grande première pour un athlète belge aux Olympiades d’hiver. Auteur d’un sprint magistral pour s’imposer, Swings a fait vibrer tout un pays.

Henri Nielens, notre consultant dans la discipline, a livré ses impressions sur cette performance : "C’était une course sensationnelle. Il a gagné alors qu’il partait avec une position de favori avec des concurrents de très haut niveau. On le sait, partir dans une épreuve de ce type, en peloton, avec le statut de favori et malgré tout gagner, c’est vraiment un exploit tout à fait extraordinaire en sport en général et plus particulièrement dans cette discipline du mass-start."

Notons qu’en plus de sa médaille d’or en Mass Start, Bart a également décroché un diplôme olympique sur 5000 mètres avec une septième place.

Hanne Desmet, une médaille de bronze également historique

Short-Track - Finale 1.000m - Hanne Desmet

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Elle nous a offert la toute première médaille dans ces JO de Pékin, la première d’une athlète féminine belge en individuel dans l’histoire des JO d’hiver, Hanne Desmet a réalisé une superbe performance en s’emparant de la médaille de bronze sur 1000m en short track, également en patinage de vitesse.

En plus de cette médaille, Hanne a fait preuve d’une régularité impressionnante en ramenant également deux diplômes olympiques dans ses bagages. Une quatrième place sur 1500 mètres et une cinquième position sur 500 mètres, lui ont permis de les décrocher.

Ce très joli bilan lui a permis d’être choisie comme porte-drapeau de la Belgique, pour la cérémonie de clôture des Jeux ce dimanche. De jolis souvenirs à n’en pas douter.

La Belge savourait forcément ses performances à l’issue de ces JO : "J’ai été dans trois finales A. J’étais au top mondial. Je ramène une médaille. C’est aussi beau. Il y a toujours moyen de faire mieux mais je suis encore jeune donc ça peut encore arriver".

Un diplôme olympique pour Loena Hendrickx

Jeux Olympiques Pékin 2022 - Patinage Artistique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Elle vient de vivre un rêve éveillé à Pékin du haut de ses 22 ans. Loena Hendrickx s’est fait un nom dans le monde du patinage artistique, ces dernières années, et elle vient de le confirmer aux JO. Alors que la concurrence était rude, Loena est parvenue à décrocher une superbe huitième place synonyme de diplôme olympique.

Septième du programme court avec 70.09 points, elle a réalisé un score 66,61 sur le programme libre, pour atteindre un total de 136.70 points, ce qui lui a valu une jolie huitième place ! 

Fortement appréciée dans le milieu, la jeune Belge a également eu l'honneur de participer au gala de clôture du patinage ce dimanche. Un gala pas spécialement prévu pour les huitièmes, où elle a pu profiter pleinement du moment. 

Les montagnes russes d’Armand Marchant…

"Ce sont mes premiers JO. C’est une chouette expérience quand même. Je ne peux pas être déçu parce que je n’ai pas fait grand-chose comme ski. Je suis déjà content d’être au départ, mais je ne suis pas content avec le résultat et le ski que j’ai produit aujourd’hui. Ça reste une belle expérience, un beau souvenir et on va continuer à construire là-dessus", la déclaration du skieur belge résume bien son expérience chinoise.

Il a sauvé les meubles, mais a dû affronter une déconvenue. Blessé à la cheville en arrivant à Pékin, il n'a presque pas pû skier et a même du faire l'impasse sur le Slalom Géant et le Super G pour tout miser sur sa discipline de prédilection, le slalom. Il était donc dans de bien mauvaises conditions au moment d'aborder ce slalom. Il a malgré tout réussi une performance honorable! 

Deux autres athlètes belges participaient à ce slalom, Dries Van den Broecke n’est pas allé au bout de la deuxième manche et Sam Maes a, lui, été sorti dès la première manche.

… et celles de Kim Meylemans

Ses larmes ont ému aux quatre coins du globe. Kim Meylemans est passée par de nombreux sentiments contradictoires durant ces JO, avec malheureusement plus de tristesse que de joie à l’heure de faire le bilan.

Testée positive à son arrivée à Pékin, elle a été placée à l'isolement dans des conditions très strictes. Alors qu'elle apprenait peu de temps après sortir d'isolement à la suite de deux tests négatifs, elle avait finalement connu une nouvelle mésaventure. Pensant rejoindre le village olympique, elle avait été placé dans un autre hôtel à l'isolement. Ce qui l'avait poussée à craquer. 

Elle avait reçu beaucoup de soutien alors que sa situation cristallisait les craintes des nombreux athlètes présents à Pékin. Elle avait finalement pu rejoindre le village olympique dès le lendemain. 

Sportivement parlant, Kim a également connu des moments compliqués. Elle s'est blessée aux adducteurs avant la course et a réalisé des runs qui ne l'ont pas satisfaite, terminant à la 18e place, et fondant de nouveaux en larmes. 

L'expérience pékinoise ne laissera donc pas que de bons souvenirs à Kim Meylemans, quelque peu poursuivie par la poisse durant ces JO d'hiver. 

Même piste, autre sport

An Vannieuwenhuyse et Sara Aerts, surnommées les Belgian Bullets, ont décroché une quinzième place en Bobsleigh à deux. Elles n'ont pas atteint l'objectif qu'elles s'étaient fixé, mais étaient malgré tout satisfaites à l'issue de leur quatrième run. 

Les Belgian Bullets rêvaient d'une place dans le top 10, voire d'un diplôme olympique, mais ont échoué loin de leur objectif. "Nous avons cependant montré que nous méritions notre place ici. En ce qui concerne les temps de départ, nous avons montré que nous étions au niveau"

Une belle première participation pour Evy Poppe

Big air : Le troisième run d'Evy Poppe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La snowboardeuse Evy Poppe, engagée en Big Air et en slopestyle, n’a pas eu le droit de goûter aux finales, sur le tremplin du site de Shougang. En Big Air, la Belge a terminé 24e des qualifications avec un total de 81.75 alors que seul le top 12 disputait la finale. Elle avait pris la 14e place en slopestyle, passant plus près de cette finale.

Mais à seulement 17 ans, la jeune snowboardeuse était heureuse à l’issue de ses premiers Jeux d’hiver : "Je peux rentrer avec le sourire. Tout s’est bien déroulé de manière générale, même si j’aurais pu revendiquer mieux sur le Big Air. Je veux aussi être présente à Milan en 2026 et je vais m’entraîner pour y parvenir. J’espère encore pouvoir participer aux trois dernières manches de Coupe du monde cette saison", a ponctué la double médaillée de bronze de Big Air lors des Mondiaux juniors (2019 et 2021).

La déception des biathlètes

© AFP or licensors

Les cinq biathlètes présents représentaient un quart de la délégation envoyée en Chine. Mais ils n’ont pas vraiment réussi à répondre présents. Loin, très loin, du podium lors des épreuves individuelles les biathlètes belges ne sont pas parvenus à faire mieux le relais 4x7,5 km. Thierry Langer, Florent Claude, Tom Lahaye-Goffart et César Beauvais ont été quelque peu en dessous des espoirs placés en eux. Ils étaient les premiers déçus, évidemment. 

Frédéric Lahaye-Goffart, notre consultant, a accepté de décrypter les performances moyennes lors de ces JO des biathlètes noir-jaune-rouge. "Ces jeux n’ont pas été à la hauteur des espérances pour nos biathlètes puisque tous sont en retrait par rapport à ce qu’ils sont capables de faire en Coupe du Monde ou ce qu’ils ont fait en Coupe du Monde jusqu’à présent."

Sans vouloir chercher d’excuses aux biathlètes belges, certains éléments peuvent expliquer leurs moins bonnes performances : "Les Jeux restent les Jeux, il y a toujours une pression particulière, c’était pour la majorité leur première olympiade. L’altitude n’est pas toujours facile à négocier, même s’ils sont partis en stage et qu’ils savent comment faire. Et puis, il y a le vent, la qualité de neige et le froid qui a quand même été une donnée importante pour tout le monde. Quand on voit par exemple les statistiques de tirs qui sont très très basses pour l’ensemble des biathlètes, ça peut expliquer quand même pas mal de choses."

La météo fait partie des paramètres qui ont compliqué les courses pour tous les participants, accentuant un peu plus l’écart avec les meilleurs athlètes dans ces disciplines : "Quand on a des conditions quasi extrêmes, on l’a vu, il y a eu des reports de courses dus au froid et au vent, quand on parle de -20 sur la piste, quand on parle d’une neige qui peut descendre à -30, forcément ça n’aide pas les athlètes et c’est vraiment dans les conditions extrêmes qu’en général la différence se fait aux avant-postes en général et ceux qui sont peut-être moins bons, et bien là l’écart se creuse directement."

Eux aussi étaient aux JO

Lotte Lie, engagée sur le 15 kilomètres individuel au National Biathlon Centre de Zhangjiakou, la Belge a fini 45e. "Ce n’est pas le résultat escompté", avait alors commenté la première biathlète belge de l’histoire des Jeux Olympiques d’hiver.

Thibaut De Marre, engagé en ski de fond, le Belge a terminé 59e du 15 km classique. Il s’était dit heureux à l’issue de sa course : "Je suis particulièrement content parce que j’ai fait la course que j’attendais". Le Belge a également pris la 47e place du 50 km, réduit à 30 km en raison des conditions météo.

Sandrine Tas était engagée en patinage de vitesse dans ces JO. Elle s’est arrêtée en demi-finales du départ groupé. Sur 500 m, Tas a terminé à la 28e place tout comme sur le 1000 m. Elle s’est classée 29e sur 1500 m.

Mathias Vosté, également patineur de vitesse, a réalisé des Jeux en demi-teinte. Il s’est classé 27e, sur 30 concurrents pour le 1000m, après avoir terminé 29e et dernier sur le 1.500m

Stijn Desmet, frère de la médaillée olympique Hanne et évoluant dans la même discipline, a été éliminé en quart de finale du 500m en shorttrack. Sur 1.500 m, Stijn Desmet avait terminé 13e au classement général (14e sur 500m). Sur 1.000 m, le jeune Belge a été disqualifié.

Les huit médailles belges aux Jeux Olympiques d’hiver

1924 – 1re édition à Chamonix (France)

Bronze : Charles Mulder, René Mortiaux, Paul Vanden Broeck, Victor Verschueren et Henri Willems (bobsleigh – bob à quatre)

1928 – 2e édition à Saint-Moritz (Suisse)

Bronze : Robert Van Zeebroeck (patinage artistique)

1948 – 5e édition à Saint-Moritz (Suisse)

Or : Micheline Lannoy et Pierre Baugniet (patinage artistique – couple)

Argent : Max Houben, Freddy Mansfeld, Louis-Georges Niels et Jacques Mouvet (bobsleigh – bob à quatre)

1998 – 18e édition à Nagano (Japon)

Bronze : Bart Veldkamp (patinage de vitesse, 5.000 m)

2018 – 23e édition à Pyeongchang (Corée du Sud)

Argent : Bart Swings (patinage de vitesse, départ groupé 'mass start')

2022 – 24e édition à Pékin (Chine)

Or : Bart Swings (patinage de vitesse, départ groupé 'mass start')

Bronze : Hanne Desmet (short-track, 1000m)

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous