JO d'hiver - Pékin 2022

JO Pékin 2022 – Kim Meylemans, en larmes, a finalement pu intégrer le village olympique

Kim Meylemans en larmes.

© Compte Instagram @kimmeylemans

02 févr. 2022 à 12:29 - mise à jour 02 févr. 2022 à 17:00Temps de lecture2 min
Par Jâd El Nakadi

Les images ont fait le tour des réseaux sociaux: Kim Meylemans en larmes, déclarant qu'elle ne parviendrait peut-être pas à disputer les Jeux Olympiques suite à la mésaventure qu'elle vivait. Placée en quarantaine dans un hôtel après avoir été testée positive au Covid-19 dimanche à son arrivée à Pékin, la skeletoneuse belge a été autorisée à rejoindre le Village olympique ce mercredi matin pour son plus grand bonheur à la suite de deux nouveaux tests négatifs.

Et, alors qu’elle pensait voir le bout du tunnel, Meylemans a finalement été envoyée dans un autre hôtel. Elle a d'abord cru qu'elle devrait y passer sept jours minumum avec deux tests PCR à effectuer quotidiennement. Finalement, elle y avait été placée en attendant qu'un espace se libère au village olympique et qu'elle puisse y être isolée.

Le COIB se réjouit de l'évolution favorable de la situation

Dans un communiqué, le COIB s'est montré soulagé de voir la situation se résoudre : "Le COIB a pris connaissance de nouvelles informations sur la situation qui a évolué favorablement. Kim a en effet quitté son hôtel-quarantaine. Elle est, depuis, arrivée au Village Olympique de Yanqing.

Dans les sept prochains jours, Kim sera très étroitement suivie au Village Olympique dans le cadre de la ‘close-contacts policy’ comme décrit dans le Playbook de Beijing 2022. Concrètement, cela veut dire qu’elle pourra s’entraîner sur la piste, mais de manière isolée. Au Village, elle sera isolée dans une chambre à part et sera testée deux fois par jour durant cette période.

Olav Spahl, Chef de Mission Beijing 2022 : " Nous comprenons tout à fait la réaction de Kim. Notre principale préoccupation était d’amener Kim le plus rapidement possible au Village Olympique de Yanqing. Nous sommes donc très heureux que ce soit arrivé. Nous comprenons que les mesures COVID soient nécessaires pour préserver la sécurité et la santé des participants aux Jeux Olympiques, mais nous pensons que dans cette approche, l’athlète doit rester central. Nous continuons à travailler sans relâche pour continuer à améliorer la situation de Kim et nous restons en permanence en contact avec elle. "

La Belge a craqué, croyant vivre le début d'une mauvaise aventure

Loading...

"Certains d’entre vous ont lu la nouvelle selon laquelle je pouvais sortir de quarantaineNous pensions que je serais autorisée à retourner au village olympique où j’aurais été traitée, au maximum, comme un contact rapproché. Mais sur le chemin du village, l’ambulance s’est rendue à un autre endroit. C’est là que je me trouve actuellement. Mon Comité national olympique est également surpris par cette décision. Je dois rester ici pendant sept jours, avec deux tests PCR par jour, et je n’ai pas le droit d’être en contact avec les autres. J’ai la permission de m’entraîner seule. Je ne sais même pas si je pourrai retourner au village olympique. C’est évidemment très dur pour moi. Je demande à tout le monde de me laisser un peu de temps pour voir quelles seront les prochaines étapes".

Une expérience dramatique pour notre compatriote, qui affirmait alors "ne pas savoir encore si elle serait capable de supporter 14 jours de plus aux JO alors qu’elle se trouvait en quarantaine".

Heureusement, l'histoire se termine bien pour la Belge, mais d'autres sportifs ne sont pas à l'abri de pareilles mésaventures.

Les compétitions de skeleton auront lieu les 11 et 12 février au National Sliding Centre de Yanqing.

Articles recommandés pour vous