JO d'hiver - Pékin 2022

JO 2022 : Jean-Michel Saive : "Ces JO à Pékin vont nous donner un gros boost pour Paris 2024"

21 févr. 2022 à 06:00Temps de lecture2 min
Par Christophe Delstanches avec David Bertrand, envoyé spécial de la RTBF à Pékin

Jean-Michel Saive vient de vivre ses tous premiers Jeux Olympiques en tant que Président du Comité Olympique et interfédéral belge (COIB).

Le nouveau boss était aux anges, au moment des bilans : "J’ai de la chance que les athlètes aient bien performé. On est super content avec la cerise sur le gâteau et cette médaille d’or de Bart Swings. La première depuis 74 ans. Il y a aussi la médaille de bronze pour Hanne Desmet, qui est la première athlète féminine belge en individuel, à remporter une médaille. Et puis on a 6 autres athlètes dans le top 8, c’est super".

 

Pour briller, les patineurs belges doivent s’entraîner… aux Pays-Bas

Le patinage de vitesse semble devenir une spécialité noire jaune rouge. En 1998, Bart Veldkamp, (un Néerlandais qui concourrait sous pavillon belge) offre une médaille de bronze à notre pays sur le 5000 mètres. Bart Swings décroche l’argent (2018) puis l’or (2022) en mass start. Sans oublier Hanne Desmet et sa médaille de bronze en 1000 m shorttrack.

Mais pour briller aux Jeux, les patineurs belges ont dû compter sur un accueil chaleureux des Néerlandais, pour pouvoir s’entraîner dans des conditions optimales :"On voit qu’il y a une bonne collaboration avec nos voisins du nord, parce que la grande majorité de nos athlètes s’entraînent avec les Néerlandais. C’est vrai que les résultats parlent d’eux-mêmes que ce soit en vitesse ou en shorttrack. On doit continuer dans cette voie".

La meilleure voie serait évidemment, que nos athlètes ne soient pas obligés d’aller s’entraîner aux Pays-Bas, et que des structures, et donc des patinoires soient construites en Belgique. Mais ce n’est pas encore à l’ordre du jour, comme le confirme Jean-Michel Saive : "Des études sont en ce moment en cours. On devra attendre les résultats sur le coût, sur les frais de maintenance mais c’est vrai qu’à terme c’est mieux pour les athlètes d’avoir des installations chez nous, mais on attend le résultat de ces études pour en savoir plus".

Aux Pays-Bas le patinage sur glace est un sport national, ce qui n’est pas le cas en Belgique.

Continuer à évoluer mais sans se disperser

Dans le futur le COIB aimerait pouvoir augmenter ses bons résultats aux JO d’hiver, mais il est aujourd’hui trop tôt pour définir une feuille route claire pour aller chercher l’excellence : " On est allé à Pékin avec 19 athlètes qui se sont illustrés dans pas mal de sports très différents. C’est vrai qu'on aimerait être encore plus performants dans plusieurs disciplines. Le chemin est encore long, il faudra réfléchir dans quel domaine on voudra progresser".

Un gros boost pour Paris 2024

Après de beaux jeux à Tokyo, le Team Belgium a enchaîné avec une belle quinzaine à Pékin. De quoi booster le moral du Président à deux ans seulement des JO de Paris : "C’est vrai que pour moi personnellement, et égoïstement, ce sont de bons résultats. Mais ce sont les athlètes qui performent. Ça va nous donner un boost et on pense déjà aux JO de Paris. Ce sera à côté de la maison. La pression sur nos athlètes sera différente et sans doute plus importante qu’à Tokyo. Mais ce sera une belle vitrine et il faudra en profiter", a conclu Jean-Michel Saive.

Articles recommandés pour vous