RTBFPasser au contenu

Littérature - Auteurs

Jérôme Ferrari remporte le prix littéraire du Monde

Jérôme Ferrari remporte le prix littéraire du Monde
07 sept. 2018 à 12:551 min
Par AFP

Le romancier Jérôme Ferrari, lauréat du prix Goncourt en 2012 et auteur d'un des plus beaux romans de la rentrée, a reçu mercredi le prix littéraire du journal Le Monde pour "A son image" (Actes Sud), un roman en forme de requiem sur nos illusions perdues.

Écrivain sensible, le romancier, âgé de 50 ans, dresse dans son livre le portrait d'une photographe corse, Antonia, morte dans un accident de voiture à l'âge de 38 ans.

Nous apprenons son histoire à l'occasion de ses obsèques dans son village natal en Corse. Le prêtre qui dit la messe de funérailles était également son oncle et parrain. C'est lui qui lui avait offert, à l'occasion de son quatorzième anniversaire, son premier appareil photo, un cadeau qui allait lui changer la vie.

Qui était Antonia? Comment la définir? Photographe insatisfaite pour la presse locale, compagne d'un nationaliste corse ombrageux, photographe de guerre en ex-Yougoslavie. Antonia fut tout cela mais Jérôme Ferrari invite ses lecteurs à ne pas se laisser abuser par l'apparence des choses.

"Au cours d'une vie consacrée aux photographies, les plus insoutenables et les plus futiles, des portraits de famille, des conférence de presse clandestines, des attentats, des mariages, la guerre en Yougoslavie, elle s'est constamment sentie renvoyée de l'insignifiance à l'obscénité. Le roman est donc l'histoire de son échec", écrit le romancier obsédé par les images.

"Le sermon sur la chute de Rome" qui lui a valu le Goncourt s'ouvrait, on s'en rappelle, par la description d'une photo de famille.

"Si Jérôme Ferrari n'avait pas obtenu le Goncourt en 2012 (...) il est probable que ses chances de le recevoir six ans plus tard eussent été immenses", a écrit Bernard Pivot, président de l'académie Goncourt, dans une critique publiée en août dans le Journal du Dimanche.

"Il est très réconfortant pour un jury littéraire de constater qu'il ne s'est pas trompé", ajoutait l'ancien animateur d'Apostrophes.

Jérôme Ferrari était en lice face à neuf autres romanciers dont Pierre Guyotat, Christophe Boltanski et Maylis de Kerangal.

Créé en 2013, le prix littéraire du Monde avait récompensé l'an dernier Alice Zeniter pour "L'art de perdre" (Flammarion).

Une archive de 2012

Articles recommandés pour vous