Belgique

Jean-Marc Nollet, coprésident d’Ecolo à Jeudi en Prime : arrêter la cacophonie politique autour du Coronavirus et discuter de la taxe kilométrique

© Tous droits réservés

10 déc. 2020 à 20:03 - mise à jour 10 déc. 2020 à 20:04Temps de lecture3 min
Par Jean-François Noulet

Jean-Marc Nollet, coprésident d’Ecolo, était l’invité de Jeudi en Prime après le Journal Télévisé, sur la Une. Ecolo est au pouvoir dans toutes les majorités, du côté francophone, soit au gouvernement wallon, à celui de la Communauté Wallonie-Bruxelles et au gouvernement bruxellois. Jean-Marc Nollet est revenu, notamment, sur les mesures prises par les autorités dans le cadre de l’épidémie de Coronavirus. Il a aussi été interrogé sur la question de la taxe kilométrique envisagée par le gouvernement bruxellois, mais contre laquelle la Wallonie s’oppose.

Message au MR : "Une fois la décision prise, il faut s’aligner derrière le Premier ministre"

La cacophonie politique provoque-t-elle une perte d’adhésion de la population aux mesures prises dans le cadre de l’épidémie. C’était l’un des points de vue exprimé mercredi soir dans "A votre avis", sur la Une. Il y était notamment reproché aux décideurs politiques de ne pas parler d’une seule voix à la population. Interrogé à son tour sur le sujet dans Jeudi en Prime, Jean-Marc Nollet dit comprendre tout à fait que l’on dise que le monde politique ne donne pas l’exemple. "Je me mets à la place du citoyen. Que doit-il retenir quand il voit un parti associé aux décisions qui, 48 heures après, se permet de remettre en question les décisions auxquelles il a participé. Je suis fâché, cela ne peut plus se reproduire. On doit être unis derrière le Premier ministre", a martelé le coprésident Ecolo, alors que le ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le MR Pierre-Yves Jeholet ait plaidé pour une réévaluation des mesures à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Quant à savoir si, lors du prochain comité de concertation du 18 décembre, il faut s’attendre à des mesures plus sévères ou pas, le coprésident d’Ecolo refuse de s’avancer sur ce terrain pour le moment. "Il faut attendre les chiffres et l’avis des experts, un, deux ou trois jours avant le 18 décembre", estime Jean-Marc Nollet. Après que les experts auront exprimé leur avis, le politique décidera. Ensuite, le coprésident d’Ecolo estime qu’il faudra s’aligner derrière la communication du Premier ministre.

Bruxelles veut une taxe kilométrique, la Wallonie n’en veut pas. Ecolo est dans les deux gouvernements.

Il y a quelques jours, le gouvernement bruxellois présentait sa proposition de péage kilométrique dit "intelligent" à Bruxelles, baptisé Smartmove. La suppression de la taxe de mise en circulation des Bruxellois serait remplacée par une taxe sur l’utilisation du véhicule, en fonction du nombre de kilomètres parcourus, de l’heure et de la puissance du véhicule. L’objectif est de réduire la congestion automobile et d’améliorer la qualité de l’air. Ecolo fait partie du gouvernement bruxellois qui se dirige vers cette réforme de la taxation automobile. Il fait aussi partie du gouvernement wallon qui n’est, à ce stade, pas partisan du projet bruxellois.

Pour Jean-Marc Nollet, il faut faire quelque chose. "Je suis d’accord sur le fait qu’on ne peut pas accepter, en 2020, qu’il y ait plus de 9000 morts prématurés en Belgique à cause de la pollution de l’air. Je ne peux pas accepter qu’en Belgique, 10% des Belges soient asthmatiques à cause de la pollution de l’air. Je ne peux pas accepter que, lors de relevés effectués par Ecolo et Groen, il y a un an, dans 250 lieux à Bruxelles, que 90% de ces lieux dépassent les normes de l’OMS", explique le président d’Ecolo.

Pour Jean-Marc Nollet, la taxe kilométrique telle que proposée par le gouvernement bruxellois "est une des solutions". Mais pour lui, il faut compter sur la concertation qui s’ouvre entre les régions sur ce sujet de la taxe kilométrique. C’est une des spécificités du système fédéral belge. Lorsqu’une entité prend une décision et qu’une ou plusieurs autres entités s’y opposent, une concertation doit être organisée pour régler le conflit. Selon Jean-Marc Nollet, le projet bruxellois pourra être aménagé. "La concertation va amener le gouvernement wallon, le gouvernement bruxellois, le gouvernement flamand et le gouvernement fédéral à faire des pas les uns vers les autres", estime Jean-Marc Nollet.

La position d’Ecolo est particulière. Le parti siège au gouvernement bruxellois qui souhaite la taxe kilométrique. Il est aussi présent dans l’exécutif wallon qui s’y oppose. "Nous misons sur un aménagement dans le cadre de la concertation qui est ouverte. Ceci n’est pas à prendre ou à laisser. Cela veut dire que Bruxelles va discuter avec les autres régions. La concertation, j’ose espérer, qu’elle va amener des résultats qui permettront de diminuer les chiffres. Derrière cela, il y a une lutte pour diminuer les embouteillages et il y a une lutte pour la santé publique. Il faut protéger". "Un euro investi dans la protection de la santé environnementale des citoyens, c’est cinq euros d’économisés demain dans les soins de santé", rappelle Jean-Marc Nollet, persuadé que Wallons, Bruxellois et Flamands trouveront une solution.

 

 

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

La taxe kilométrique fait du surplace

Belgique

Articles recommandés pour vous