RTBFPasser au contenu

Belgique

Jean-Luc Crucke sur la redevance photovoltaïque: "Trop is te veel"

Jean-Luc Crucke sur la redevance photovoltaïque: "Trop is te veel"
14 mai 2013 à 06:02 - mise à jour 14 mai 2013 à 06:332 min
Par Germain Renier

Selon le journal L'Avenir, une nouvelle redevance va voir le jour pour les propriétaires de panneaux photovoltaïques, à hauteur de 110 euros en moyenne. Jean-Luc Crucke parle de "brouillard qui coûte cher". Pour le député wallon MR, "on remet en cause l'ensemble du système photovoltaïque pour tous ceux qui ont cru au développement durable".

Le député MR ajoute : "On va finir par se rendre compte que l’énergie coûte fort cher en Wallonie, pour les particuliers comme pour les entreprises. Et ça ça m'inquiète beaucoup plus car à force de taxer les gens on finit par ne plus être productifs, ni concurrentiels."

Il ne s'agit pas d'une taxe gouvernementale mais bien d'une redevance appliquée par les gestionnaires de réseau sur les propriétaires de panneaux qui utilisent ce réseau sans consommer son électricité. Jean-Luc Crucke y voit de toute façon "un très mauvais signe une fois de plus." Pour lui, "tout ça alourdit à nouveau le coût de l'énergie."

Il renvoie tout de même la balle au gouvernement, qui d'après lui "prend des mesures sans demander au secteur si on peut tenir le coup". Il déclare que la concertation doit se faire au moins avec les autorités régionales. "Trop is te veel", conclut-il.

Le député wallon MR enchaîne ensuite sur la question des éoliennes, sur laquelle le MR est de plus en plus sceptique. Pour lui, "chaque commune doit faire un effort en matière de développement durable. Il ne faut pas mettre des éoliennes partout pour ne pas nuire au paysage wallon, et il faut surtout informer les gens que ça a un coût."

Sur la proposition de Koen Geens : "Attention aux agendas cachés !"

Jean-Luc Crucke se penche aussi sur deux propositions récentes. Celle de Koen Geens, qui voulait taxer les carnets d'épargne. Le député MR wallon voit en lui "un bon ministre des Finances, mais maladroit".

Il explique que "quand un ministre des Finances sort comme il l’a fait, c’est qu’il y a un agenda caché. Celui de devenir plus flamand en oubliant qu'au fédéral on a besoin d'une Belgique forte. Et là il faut être prudent."

Sa solution ? "En tant que Wallons, on ne doit pas seulement résister mais d'abord être plus performants. Notre sort dépend d'abord de nous."

Quand à l'équilibre budgétaire à atteindre en 2015, Jean-Luc Crucke invite à la prudence. "On n’est pas prêts à l'atteindre, je suis sceptique." Pour lui, "il faut faire un audit sur tous les comptes wallons. De toute façon des efforts supplémentaires sont nécessaires, car toutes les compétences qui nous reviendront au prochain gouvernement viendront également avec moins de budget."

Enfin Jean-Luc Crucke s'exprime sur la proposition du député wallon PS Marc Bolland, qui veut généraliser les cours de wallon à l'école. "Pour les Wallons comme pour les francophones, l’essentiel est d’être multilingue avant tout. On ne peut pas se limiter qu’au wallon."

S'il veut privilégier l'apprentissage de l'anglais, de l'allemand ou du néerlandais, il ajoute tout de même que "la Wallonie doit être fière de ce qu’elle est. On doit être fiers de notre passés pour avoir un avenir plus performant encore." Pourquoi pas des cours de wallon donc, "mais pas obligatoires, le choix doit toujours être possible", conclut le député MR.

RTBF

Jean-Luc Crucke (MR) dans Matin Première - B. Henne

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous