Tous les sports

"Je pense que le padel peut devenir l'un des sports les plus importants du monde"

Le padel, le sport de raquette qui monte

© STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

14 avr. 2021 à 04:51 - mise à jour 14 avr. 2021 à 04:51Temps de lecture2 min
Par Christine Hanquet

Liège accueille pendant quatre jours, du 14 au 18 avril, un tournoi international de Padel, le "Belgium Open". Ce tournoi fait partie du circuit mondial, l’APT Padel Tour. L’épreuve n’aura pas le public prévu (elle se jouera à huis clos), ni les affiches espérées (les joueurs sud-américains ont été obligés de déclarer forfait, à cause de la pandémie), mais elle vient saluer l’extraordinaire engouement rencontré par la discipline dans notre pays.

Le padel est ce sport de raquette, dérivé du tennis, qui fait un peu penser au squash, qui se joue en double, et qui utilise les murs, ou les grillages, ou les vitres. Il a été inventé il y a cinquante ans, et s’est d’abord développé en Argentine, puis en Espagne. Depuis le début de ce siècle, il ne cesse de se développer, et a maintenant conquis les cinq continents.

Le chemin est encore long, mais on trouve déjà des terrains de padel dans cinquante-sept états. Dont la Belgique. En 2015, il y avait deux clubs, et deux terrains, dans la partie francophone du pays. En 2020, cinquante-huit clubs s’y étaient mis, sur 124 terrains. Et c’est encore plus en Flandre. On peut estimer le nombre de Belges assidus au padel à 40.000.

Ces chiffres sont en constante augmentation. Et la discipline attire même les plus célèbres des joueurs de tennis. David Goffin file sur le terrain dès qu’il le peut. "J’adore autant que le golf, et je fais les deux. Le padel, c’est ludique. C’est moins physique que le tennis. Et venant du tennis, on trouve immédiatement ça super-gai. Les gens arrivent très vite à se débrouiller, à trouver quelques petites tactiques et techniques pour s’amuser. Alors que pour le tennis il faut des heures et des heures d’apprentissage pour que cela commence à ressembler à quelque chose. Pour un joueur de tennis, c’est un sport super-fun. On s’amuse à quatre, on utilise les vitres, c’est très ludique pour nous."

Thomas Johansson

Essayer le padel, c’est l’adopter

En fait, David Goffin dit exactement la même chose que son ancien entraîneur, Thomas Johansson. Depuis la fin de la collaboration entre les deux hommes, le Suédois s’est reconverti. Il est maintenant le manager général de l’APT Padel Tour. "Je pense que la beauté du padel, et c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles ce sport grandit aussi vite, est son côté social. Il est beaucoup plus facile de 'mordre' au padel qu’au tennis, qui est un sport très compliqué. Et si vous avez ne fût-ce qu’un petit passé sportif, en football, hockey sur glace, tennis, peu importe, vous vous débrouillez assez vite. Récemment, j’ai vu un match de double entre 4 hommes qui avaient entre 75 et 80 ans. Et ils réussissaient des échanges incroyables. Quand vous jouez pour la première fois au padel, vous êtes surpris par le plaisir que vous prenez, vous voulez vous améliorer, et vous avez envie de rejouer. J’ai pu constater que 80% des personnes qui essayaient le padel voulaient y retourner. Pour le tennis, ce serait entre 40 et 50%."

Le padel est très loin d’avoir terminé sa croissance. Thomas Johansson voit même très loin, très haut, et très grand. "Je pense que le padel peut devenir l’un des plus grands sports du monde. Je n’ai jamais vu une discipline qui plaisait à autant de gens. Et à des personnes de tous les âges, les jeunes, les quadragénaires, et même les plus anciens. Nous travaillons pour le populariser encore plus. Mon rêve est qu’il soit aux Jeux Olympiques dans dix ans."

Articles recommandés pour vous