RTBFPasser au contenu
Rechercher

Politique

"Je fais plaisir à l’ensemble des communes et en particulier, évidemment, aux communes socialistes", la phrase de Karine Lalieux qui fait réagir

C’est une petite phrase, relayée par La Libre, qui vaut aujourd’hui à Karine Lalieux (PS), ministre fédérale des Pensions, de récolter des critiques d’Ecolo, du MR et de la N-VA et les sarcasmes de nombreux internautes sur Twitter. "Beliris, c’est juste du bonheur. J’ai une enveloppe d’investissements, et je fais plaisir à l’ensemble des communes et en particulier, évidemment, aux communes socialistes", c’est ce que Karine Lalieux a prononcé, mercredi soir, devant les militants de la Fédération bruxelloise du PS. Les ministres socialistes y présentaient leur bilan à mi-mandat. Karine Lalieux, bruxelloise, est ministre fédérale des Pensions. Elle exerce aussi la tutelle sur Beliris, un outil qui permet au niveau fédéral de financer des projets en Région bruxelloise pour permettre à Bruxelles de mieux jouer son rôle de capitale. La ministre faisait donc référence aux projets financés bruxellois financés via Beliris.

Avec cette phrase, la ministre essuie les critiques d’autres partis. De son côté, elle remet les propos dans leur contexte.

MR, Ecolo, N-VA critiquent

Comme souvent dans ces cas-là, le réseau social Twitter est l’outil préféré des personnalités politiques pour réagir et critiquer. Des déclarations qui "interpellent au plus haut point", a réagi sur Twitter le Député fédéral et chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, Gilles Vanden Burre. "Le favoritisme et le copinage n’ont plus leur place dans la gouvernance du 21e siècle", ajoute-t-il, avant de demander un audit des projets financés par Beliris

Loading...

Au MR, le Président Georges-Louis Bouchez s’interroge, lui aussi. "Un ministre qui dit subventionner des projets non pas selon leur qualité, mais parce qu’ils émanent d’une commune socialiste, cela s’appelle la tradition pour certains", écrit-il. "L’argent public mérite mieux que le copinage", poursuit-il, avant de, lui aussi, demander un audit de Beliris.

Loading...

Du côté de la N-VA, Theo Francken épingle aussi la ministre Lalieux qui "déclare sans hésitation qu’elle utilise le fonds public Beliris pour ne servir que des communes bruxelloises rouges". Et plutôt qu’un audit de Beliris, c’est à une démission de la ministre que Theo Francken fait allusion.

Loading...

Karine Lalieux se défend. Elle assure défendre des projets dans toutes les communes et ne rien faire sans l’aval des gouvernements bruxellois et fédéral

Face à cette polémique, Karine Lalieux s’est défendue, elle aussi sur Twitter. "Face aux réactions multiples, je souhaite remettre dans leur contexte les propos que j’ai tenus lors d’un congrès des militants", explique-t-elle. "Invitée à présenter ma politique #begov, j’ai tout naturellement abordé ma compétence" explique-t-elle.

Bruxelloise de souche, elle dit avoir "évoqué avec enthousiasme le travail à Beliris" et, s’adressant à des militants socialistes, avoir illustré ses propos "avec quelques exemples de projets dans les communes d’élus présents dans l’assemblée".

Loading...

Mais, fait comprendre Karine Lalieux, dans son argumentation, il n’y en a pas que pour des communes socialistes. "Que ce soit pour le stade de hockey à Uccle (NDLR : commune MR), la piscine Neptunium à Schaerbeek (NDLR : commune Défi), le parc Tournay-Solvay à Watermael-Boitsfort (NDLR : commune Ecolo), les voies cyclo-piétonnes, le Métro 3, … : je défends des projets ambitieux pour l’ensemble du territoire bruxellois, dans toutes les communes", précise Karine Lalieux.

  

 

Enfin, Karine Lalieux précise qu’elle n’est pas seule à décider. "Les projets d’investissement Beliris font d’ailleurs, pour rappel, l’objet de l’approbation tant de la part du gouvernement régional que du gouvernement fédéral, et ne sont en aucun cas sélectionnés ni désignés par la ministre compétente", ajoute-t-elle dans sa réponse sur Twitter.

 

En réponse à Georges-Louis Bouchez, Karine Lalieux dit défendre et porter "tous les projets sélectionnés par la Région et le Fédéral, dans toutes les communes, sans distinction. Parce qu'ils sont tous de grande qualité".

 

Voilà qui est dit pour la ministre. A voir si cela suffira à calmer les critiques dans la twittosphère. 

Sur le même sujet

Maxime Daye, président de l’UVCW : "Les crises ont aussi mis en lumière du personnel communal habituellement dans l’ombre"

Politique

Dans deux ans, on vote

Chroniques

Articles recommandés pour vous