RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Japon : l'ancien Premier ministre Shinzo Abe est décédé après son attaque par balles, le suspect interpellé

L'ancien premier ministre du Japon, Shinzo Abe, victime d'un attentat

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 juil. 2022 à 04:38 - mise à jour 08 juil. 2022 à 06:56Temps de lecture3 min
Par AFP, édité par Maud Wilquin

L'ex Premier ministre japonais Shinzo Abe est décédé après son attaque par balles, a rapporté vendredi la chaîne japonaise NHK. "D'après un haut responsable du PLD, (le Parti libéral-démocrate au pouvoir au Japon, NDLR), l'ancien Premier ministre Abe est mort à l'hôpital" du département de Nara où il avait été transféré après l'attaque, a déclaré la NHK. Shinzo Abe avait 67 ans.

Des coups de feu ont été tirés vendredi sur l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe lors d'un rassemblement électoral à Nara (ouest), a confirmé le gouvernement nippon, et il ne présentait aucun signe de vie selon les médias locaux.

"On a tiré sur l'ancien Premier ministre vers 11H30 (02H30 GMT) à Nara. Un homme suspecté d'être le tireur a été interpellé. L'état de santé de Shinzo Abe est actuellement inconnu", a déclaré le secrétaire général du gouvernement Hirokazu Matsuno à la presse.

Citant des sources policières, la chaîne de télévision publique NHK avait déclaré plus tôt qu'un homme d'une quarantaine d'années avait été arrêté pour tentative de meurtre et qu'une arme à feu lui avait été confisquée. Il s'agirait vraisemblablement d'une arme artisanale.

Le suspect serait un ancien membre de l'armée japonaise. Il aurait été membre de la Marine pendant trois ans, jusqu'en 2005.  

L'ancien chef de l'exécutif âgé de 67 ans prononçait un discours lors d'un rassemblement de campagne en vue des élections sénatoriales de dimanche, lorsque des coups de feu ont été entendus, ont indiqué la chaîne nationale NHK et l'agence de presse Kyodo.

"Il prononçait un discours et un homme est arrivé par derrière", a déclaré à NHK une jeune femme présente sur les lieux.

"Le premier tir a fait le bruit d'un jouet. Il n'est pas tombé et il y a eu une grosse détonation. Le deuxième tir était plus visible, on pouvait voir l'étincelle et de la fumée", a-t-elle ajouté.

"Après le deuxième tir, des gens l'ont entouré et lui ont fait un massage cardiaque", a-t-elle encore témoigné.

Toujours selon NHK, Shinzo Abe a été touché dans la poitrine et dans la nuque. Les premières informations officielles du ministère japonais de Affaires intérieures confirment un impact du côté droit de la nuque de l'ancien Premier ministre.   

Belgaimage

Arrêt cardio-respiratoire

Contactés par l'AFP, ni le PLD ni la police locale n'étaient en mesure de confirmer ces informations dans l'immédiat.

NHK et Kyodo ont toutes deux rapporté que Shinzo Abe a été emmené à l'hôpital et semblait être en arrêt cardio-respiratoire - un terme utilisé au Japon indiquant l'absence de signe de vie, et précédant généralement un certificat de décès officiel.

Selon le Premier ministre japonais Fumio Kishida, Shinzo Abe, l'un de ses prédécesseurs à ce poste, était dans "un état très grave" après son agression.

"C'est un acte barbare en pleine campagne électorale, qui est la base de la démocratie, et c'est absolument impardonnable", a ajouté Fumio Kishida, disant prier pour la survie de Shinzo Abe. 

Shinzo Abe était le Premier ministre japonais à être resté le plus longtemps au pouvoir. Il a été en poste en 2006 pour un an, puis de nouveau de 2012 à 2020, date à laquelle il avait été contraint de démissionner pour des raisons de santé.

L'ambassadeur américain au Japon, Rahm Emanuel, a déploré cette attaque.

"Nous sommes tous tristes et choqués par l'attaque par balle contre l'ancien Premier ministre Abe Shinzo. Abe-san a été un dirigeant exceptionnel du Japon et un allié indéfectible des États-Unis. Le gouvernement et le peuple américains prient pour le bien-être d'Abe-san, de sa famille et du peuple japonais", a déclaré M. Emanuel dans un communiqué.

Le Japon dispose de l'une des législations les plus strictes au monde en matière de contrôle des armes à feu, et le nombre annuel de décès par de telles armes dans ce pays de 125 millions d'habitants est extrêmement faible.

L'obtention d'un permis de port d'arme est un processus long et compliqué, même pour les citoyens japonais, qui doivent d'abord obtenir une recommandation d'une association de tir, puis se soumettre à de stricts contrôles de police.

Sur le même sujet

Japon : hommage national pour Shinzo Abe le 27 septembre

Monde

Japon : les funérailles de Shinzo Abe ont lieu ce mardi, l'enquête sur l'assassinat se poursuit

Monde Asie

Articles recommandés pour vous