La Trois

Jane Birkin rembobine le film de sa vie sur La Trois

© Capture d'écran Jane Birkin et nous

Jane Birkin, c’est 50 ans d'une carrière passée entre la musique, le cinéma, le théâtre, la littérature et aussi l’engagement citoyen. C’est le destin d’une icône qui est raconté dans ce documentaire inédit, avec au centre, Jane Birkin elle-même qui revient sur les grands moments de sa vie et de sa carrière et nous régale de ses archives personnelles. Birkin est une artiste résolument libre, unique, adorable et adorée.

C’est l’histoire du destin hors norme d’une petite anglaise de 19 ans arrivée en France et adoptée immédiatement par le public. Il faut dire qu’avec son audace, sa beauté et son humour naturels, elle crève instantanément l’écran de la télévision. En France, elle se sent libre et va adopter pleinement la culture française. Un lien unique s’est créé avec les Français car, parallèlement à sa carrière, c’est aussi sa vie intime qu’ils ont partagée avec elle, ils sont tombés amoureux du couple explosif Jane et Serge. Il la fait chanter, elle devient sa muse, et tout va se jouer sur une seule chanson : Je t’aime, moi non plus, tube mondial pourtant écrit à l’origine pour Brigitte Bardot. Hautement érotique, elle devient le symbole de la libération sexuelle et provoque la censure. Birkin revient sur l’histoire de cette chanson et de l’album qui suivra et c’est un des nombreux moments délicieux du document.

 

"Moi je m’emmerde toute seule alors pour être honnête je préfère travailler. Je fais un métier que franchement, même si on me paie pas pour le faire, je suis ravie de le faire. C’est pas un métier, c’est une vie".

 

Les mille vies de Jane

On part de son enfance, sa famille, ses années douloureuses à l’internat, ses débuts à l’image dans un spot publicitaire de Peter Brooke, sa rencontre avec le compositeur de musique de film John Barry qui va bouleverser son destin, son casting pour Slogan où elle va rencontrer Serge. Puis en 1979, il y a nouvelle relation artistique et amoureuse avec Jacques Doillon, et plus tard la confiance sur une scène de théâtre que lui a donnée Patrice Chéreau.

Jane revient bien sûr sur cette terrible date du 2 mars 1991, jour de la disparition de Gainsbourg. Puis une autre rencontre, avec l’écrivain Olivier Rolin, va révéler sa conscience politique. 2010 est sans doute l’année la plus douloureuse de sa vie après la mort de sa fille Kate. Elle reviendra 6 ans plus tard pour symphoniser l’œuvre de Gainsbourg. Quant à Etienne Daho, il sera celui qui la reconnaîtra en tant qu’auteure en 2021.

Birkin se confie comme jamais et jette un regard tantôt critique, tantôt attendri, tantôt nostalgique sur sa carrière, ses choix, ses rencontres, ses convictions, ses amours.

Bien sûr il y a eu le documentaire Jane par Charlotte présenté l’an dernier au festival de Cannes, mais il n’était pas là question d’un film en forme de rétrospective sur Jane mais bien d’un dialogue intime empreint de beaucoup d’amour entre Charlotte et sa mère.

Pour les fans, Jane Birkin sort ce 16 septembre un coffret inédit qui n’est autre que l’intégrale de sa discographie.

Ne manquez pas ce documentaire inédit Jane Birkin et nous ce vendredi 9 septembre à 20h30 sur La Trois, et en replay sur Auvio.

Inscrivez-vous à la newsletter TV!

Tous les jeudis matin, recevez un aperçu de votre programme sur les trois chaînes TV de la RTBF : La Une, Tipik et La Trois.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous