Anderlecht

Jan Vertonghen lors de sa présentation à Anderlecht : "Mon but initial était de finir ma carrière au Portugal"

Jan Vertonghen lors de sa présentation à Anderlecht : "Mon but était de finir ma carrière au Portugal"

© Belga

02 sept. 2022 à 13:13 - mise à jour 02 sept. 2022 à 13:18Temps de lecture3 min
Par Antoine Hick

Dans l’air depuis quelques jours, Anderlecht a officialisé ce vendredi l’arrivée de Jan Vertonghen pour une durée de deux ans. Les Mauves en profitent pour se renforcer défensivement et frapper un beau coup en cette fin de mercato. En marge de sa présentation officielle, le Diable rouge le plus capé de l’histoire s’est exprimé sur les dessous de cette arrivée surprise.


Visiblement heureux d’être là, détendu et assez souriant, Jan Vertonghen a d’abord expliqué devoir digérer tout ce qui s’est passé ces derniers jours : "C’est allé super vite. C’est peut-être bizarre pour vous que je sois de retour mais je suis revenu pour jouer, pour aider Anderlecht, j’espère que tout va bien se passer. Le premier contact que j’ai eu avec Anderlecht ? C’était il y a une semaine. C’était un contact normal. Un dirigeant d’Anderlecht m’a ensuite renvoyé un message il y a deux jours en disant que pour la liste européenne, ils devaient savoir assez vite. A Benfica, ça n’avançait pas des masses pour moi, donc j’ai dit go, tentons le coup. Ce qui m’a poussé à venir ? Je voulais garder le contrôle sur ma carrière, décider quand et comment j’allais arrêter. Le plan était toujours de prendre ma retraite au Portugal. Mais j’ai un peu perdu le contrôle et le président d’Anderlecht est arrivé, par hasard, au bon moment. Donc j’ai décidé de rentrer."

Un retour en Belgique précipité par une fin en eau de boudin au Portugal où il a subitement été mis de côté par le coach : "Je me sentais vraiment bien à Benfica jusqu’à la fin de la saison dernière, j’avais quasiment tout joué. Mais depuis la dernière journée de la saison dernière, des choses se sont passées et je n’avais plus un bon pressentiment. On ne m’a jamais rien expliqué. Et ce mauvais pressentiment est parti au moment où j’ai discuté avec Wouter. Le but c’était vraiment de garder le contrôle. J’avais perdu ça ces dernières semaines. Ici, ils m’ont donné deux ans de contrat. Dans deux ans, je pense que le football, ce sera fini pour moi. Donc c'était sans doute mon dernier choix de carrière, un choix difficile. Mais j’ai beaucoup d’ambition. On m’a expliqué le projet, ils veulent ramener Anderlecht au sommet, on a la même ambition."

A-t-il eu peur pour sa place à la Coupe du monde ?

Une question se pose dès lors, Jan Vertonghen a-t-il eu peur pour sa place à la coupe du monde, au point de préconiser un retour en Belgique ? "Non, pas vraiment. Mon concurrent à Benfica venait de se blesser pour deux mois, donc j’allais jouer. Mais c’est de la fierté personnelle je veux aussi être important pour l’équipe. J’ai perdu ça là bas. C’est une décision du coach et ici on m’a redonné confiance. Si j’ai eu des contacts avec Roberto Martinez ? Oui, mais il ne m’a pas poussé à signer à Anderlecht. Roberto me connaît. Il sait que je veux jouer. Je ne suis pas quelqu’un qui veut juste rester assis et prendre son argent. Je suis encore un jeune gamin qui veut être sur le terrain. Il ne m’a pas poussé. Il m’a juste dit qu’il me connaissait et qu’il savait que je voulais jouer."

A-t-il eu des contacts avec certains autres Diables rouges, eux aussi rentrés au bercail cet été ? "Non, pas trop mais j'ai été pas mal en contact avec Dries Mertens. On se rejoignait sur de nombreux points, on était d'ailleurs quasi dans la même situation. Lui d'abord et puis moi plus tard. En plus, on a le même âge."

Jan Vertonghen à Anderlecht, une douche froide pour les supporters anversois qui espéraient peut-être que leur poulain signe là où tout avait commencé, lui qui avait été formé au Beerschot. Une douche froide aussi pour certains membres de sa famille ? "Vous savez, ma famille est supportrice d’autres clubs en Belgique comme elle l’était d’autres clubs en Angleterre. Donc je fais mes choix de carrière et Anderlecht me semblait être la meilleure solution. J’ai des membres de ma famille qui sont abonnés au Sporting depuis 40 ans et qui seront contents. D’autres le seront un peu moins. Mais je ne peux pas satisfaire tout le monde…"

Pour conclure, Vertonghen a directement affiché ses ambitions avec les Mauves : "Anderlecht appartient au top en Belgique. Cela prendra du temps mais quand vous voyez la qualité du noyau, c’est une équipe forte. Je veux ramener le club là où il appartient. Au sommet du football belge."

Sur le même sujet

Jan Vertonghen dans le onze d’Anderlecht ? Mais à la place de qui ? Les consultants de la Tribune répondent

Emission La Tribune

Vertonghen à Anderlecht : Jan le grand frère, missionné pour épauler le Baby Sporting

Anderlecht

Articles recommandés pour vous