Le fantôme de la radio

Jacques Mercier : un homme qui a la passion de la radio

Jacques Mercier

© SONUMA

Le Fantôme de la Radio invite régulièrement en studio une personnalité qui accepte de se dévoiler et d’évoquer ses souvenirs, ses succès, ses doutes aussi, tout en écoutant des archives qui sont directement liées à son parcours.

Ici, c’est Jacques Mercier qui se prête à l’exercice.

Passionné par l’écriture depuis toujours, Jacques Mercier commence sa vie professionnelle en choisissant une autre voie/voix : celle de la Radio. Arrivé à la RTB un peu par hasard, il prend le micro au début des années 60 pour ne plus jamais le lâcher. Jacques Mercier traverse les Golden sixties à toute allure.

Humour, musique, chanson française, interviews de personnalités… Tels sont les ingrédients de ses émissions qui rencontrent un grand succès et qui font de lui un animateur de radio très apprécié du public. Une notoriété qu’il gardera tout au long de ses 45 années de carrière à la RTBF.

Dans la première partie de cet entretien avec Jacques Mercier, il sera question de sa jeunesse à Mouscron, de ses premières expériences en tant que journaliste et, enfin, de ses débuts à la Radio. 

Le Fantôme de la Radio

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans cette première partie de l’entretien, Jacques Mercier raconte ses grands débuts radiophoniques, notamment avec Stéphane Steeman dans l’émission " Dimanche-Musique " à partir de 1966. Une expérience très formatrice pour le jeune Jacques Mercier (il a alors 23 ans) qui co-anime cette émission tous les dimanches soir en direct pendant 4 heures, avec une des grandes vedettes de l’époque.

Mais l’aventure se termine un peu mal… L’attitude de Steeman, de moins en moins aimable à l’antenne, pousse finalement Jacques Mercier à quitter l’émission et à s’investir de plus en plus dans d’autres projets, notamment à Mons avec un certain Claude Delacroix…

Ce samedi 19 novembre, découvrez la deuxième et dernière partie de cette conversation passionnante. 

Le Fantôme de la Radio sur la Première, le samedi de 18h15 à 19 heures.

Articles recommandés pour vous