Athlétisme

Jacques Borlée : "on a conscience que ça devient difficile pour Jonathan, peut-être que son corps n’en veut plus"

© Tous droits réservés

30 juin 2022 à 08:04 - mise à jour 30 juin 2022 à 09:44Temps de lecture2 min
Par Martin Weynants avec David Bertrand

Jonathan Borlée s’est blessé ce mercredi au meeting international d’athlétisme de la Province de Liège. La nature exacte de sa blessure n’est pas encore connue. Le recordman de Belgique du 400m (44.43) doit passer des examens ce jeudi après-midi. La suite de sa saison et même de sa carrière est entourée d’un grand point d’interrogation. "On saura s’il est out pour les championnats du monde. Les nouvelles risquent d’être négatives", souffle un Jacques Borlée pas vraiment optimiste.

"On craint une élongation de grade 1. Ce qui veut dire qu’il serait out pendant 10 jours. Mais quand on ne peut pas s’entraîner pendant 10 jours, c’est difficile de revenir à un top niveau". Le plan le plus réaliste pourrait être de revenir pour l’Euro qui se dispute en août.

Jo a fêté ses 34 ans en février dernier. Il est régulièrement freiné par des blessures ces dernières années. Il a notamment manqué les Mondiaux de Doha et de Belgrade où les Belgian Tornados ont remporté le bronze et l’or. Le Bruxellois revenait en forme. Son chrono de 46.00 à Berne était son meilleur sur 400m depuis 2018 et la demi-finale des championnats d’Europe (44.87).

"Pour Jonathan, on a conscience que ça devient difficile. Peut-être que son corps n’en veut plus", a réagi Jacques Borlée son père et entraîneur lors d’un point presse organisé à Louvain-la-Neuve avant le départ pour les Mondiaux. "Ces blessures deviennent récurrentes depuis 2019. Ce qui est compliqué, c’est que ça survient chaque fois qu’il arrive en forme. On avait à nouveau vu du tout grand Jonathan à l’entraînement mardi. Et rien n’annonce ce problème-là. On va se tourner vers le monde médical et voir ce que l’on peut faire".

Mais il est clair que le 400m est une épreuve qui marque les corps. Et Jo est au plus haut niveau depuis 15 ans. "Le 400m est l’épreuve la plus difficile de l’athlétisme en termes de charge à chaque foulée (500 kg) et d’acide lactique (25 milimoles). C’est d’une intensité incroyable".

"Après sa grande carrière (champion NCAA, 3e des championnats d’Europe, de nombreuses médailles en relais), c’est dur à encaisser. Ça devient très dur mentalement". De là à envisager une fin de carrière ? "Derrière la tête, il voulait aller jusqu’à Paris mais si le corps dit stop, on devra se rendre à l’évidence. Mais il va encore essayer d’aller à Munich et de se relancer".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous