Entrez sans frapper

"J'aime regarder les filles", la chanson d'un voyeur, d'un mec en surchauffe, peut-être même d'un prédateur...

"J'aime regarder les filles" de Patrick Coutin, la chanson d'un voyeur, d'un mec en surchauffe, peut-être même d'un prédateur...

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Pour la première de la saison de "Paroles, Paroles", Sébastien Ministru analyse la chanson " J’aime regarder les filles ", l’unique et seul tube de Patrick Coutin daté de 1981. Il y a une espèce de culte autour de cette chanson qui perdure aujourd’hui. Le titre a encore été utilisé récemment dans le film flamand " Belgica ". Les frères Dewaele des 2 Many DJ’s l’ont introduit dans un de leurs mix. Il y a eu des versions live de " J’aime regarder les filles " par Astonvilla, Bertrand Belin, Feu ! Chatterton.

Il existe aussi des versions chantées par des filles :

plastiscines & the blood arm - j'aime regarder les filles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Liane Foly - J'aime regarder les filles (extrait)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Il en existe une version gay :

Polyester - J'aime Regarder Les Mecs

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

" J’aime regarder les mecs qui marchent sur la plage ", pour notre grande fierté, c’est le Belge Bernard Gavilan qui a pondu ça. " J’aime regarder les filles " exerce une sorte de fascination magnétique jusqu’à entrer en littérature puisque Frédéric Beigbeder lui a consacré une nouvelle - " L’homme qui regardait les femmes " - dans laquelle il avoue s’être reconnu dans ce personnage qui – sur la plage – exerce ce passe-temps à double tranchant : mater !

"J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage. Sur leur peau le soleil – caresse bien trop sage. Le vent qui les décoiffe – un goût de sel sur mes lèvres. J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage. "

Il va le répéter six fois : le mec ne s’en rend pas compte mais il est en train de nous avouer qu’il est plutôt du genre obsédé. " Les hanches qui balancent et les sourires fugaces. Je regarde les vagues qui jouent sur leurs corps ". Obsédé d’accord – mais obsédé sexuel. Il y a clairement dans ses pensées une charge érotique, des images aiguisées qui vont frôler l’inquiétant. " Des caresses bien trop sages ", ça veut dire qu’il fantasme sur des caresses plus salaces, peut-être plus brutales… " Le sel sur mes lèvres " pour figurer ce qui le pique, ce qui l’excite, ce qui le brûle… " Les vagues qui jouent avec leur corps " : dans sa tête, il voit déjà un mouvement de va-et-vient. Aller et venir, jusqu’à produire de l’écume – c’est ce que font généralement les vagues.

Plus loin, il parle aussi de " leur poitrine gonflée par le désir de vivre ". Les cougars, ça l’intéresse pas, il est plutôt pour les jeunes filles. " Leurs yeux qui se détournent quand tu les regardes ". À ce point-là de regard, on peut dire qu’il les dévisage… On évoque encore " leur ventre qui se colle sur le sable chaud ". " Quand elles se déshabillent et font semblant d’être sages " Là, il y a une dialectique de l'excuse un peu louche… " Elles font semblant d'être sages " - c'est lui qui le décide - ce qui l'autoriserait à se disculper (au cas où) en disant " Oui, mais elle en avait aussi envie ". " Leurs yeux qui se demandent mais quel est ce garçon " - ce qui laisse supposer qu’il est seul sur la plage … Et le fait de se demander qui il est, ça implique qu’il a peut-être quelque chose d’attirant… Que son manège est celui d’un gros lourd

Si on écoute bien le crescendo de la voix assez animale de Patrick Coutin au fur et à mesure qu’il avance dans ses aveux (peut-être qu’il est chez les flics, le gars), on se rend compte qu’il y a une tension dans ce texte : comme un danger. Et de fait, " J’aime regarder les filles " est la chanson d’un voyeur – peut-être d’un prédateur – qui met des mots sur sa frustration sexuelle… " J’aime regarder les filles " n’est pas seulement une chanson sur le priapisme balnéaire – ces longues érections qu’on écrase et qu’on cache sur la serviette de plage (et qui sont tendues et sous-en/tendues pendant toute la durée de la chanson) mais aussi la chanson d’un mec en surchauffe … Capable de commettre un faux… Il faut se méfier de ce type…

Sur les hommes qui aiment les filles, il y a eu des millions de chansons :

Jacques Dutronc - J'aime les filles (1967)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Didier Barbelivien & Félix Gray - A toutes les filles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Julio Iglesias - Pauvres diables/Vous les femmes [1981] (HD)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Écoutez l'intégralité de "J'aime regarder les filles" de Patrick Coutin :

Patrick Coutin - J'aime Regarder Les Filles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous