RTBFPasser au contenu

Monde

Israël veut éviter une escalade avec le Liban

Israël veut éviter une escalade avec le Liban
04 août 2010 à 14:392 min
Par AFP/RTBF

"J'espère qu'il n'y aura pas d'escalade, que nous aurons un été calme et que les choses vont redevenir normales (...) Il faut agir de telle sorte qu'un incident local ne dégénère pas en une véritable crise", a affirmé le ministre de la Défense Ehud Barak à l'issue d'une réunion du cabinet de sécurité consacré à ces affrontements.

Les accrochages, qui ont coûté la vie à trois Libanais -deux soldats et un journaliste- et à un officier israélien, se sont produits dans un secteur frontalier où l'armée israélienne voulait déraciner un arbre.

Des responsables militaires libanais avaient affirmé que l'arbre se trouvait au Liban ce qu'ont contesté les Israéliens.

La Force des Nations unies au Liban (Finul), stationnée dans le sud du Liban, a affirmé mercredi que l'arbre de la discorde se trouvait "du côté israélien".

"La Finul a établi (...) que les arbres coupés par l'armée israélienne se situent au sud de la Ligne bleue, du côté israélien", indique un communiqué.

Le porte-parole du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, Marc Regev, s'est félicité de la déclaration de la Finul qui, selon lui, "apporte un soutien à la position israélienne selon laquelle les travaux de routine effectués par notre armée se sont déroulés au sud de la ligne bleue en territoire israélien".

"L'armée libanaise n'avait, de ce fait, aucune raison d'ouvrir le feu vers nos soldats et ses attaques sont injustifiables", a ajouté Marc Regev.

La Ligne bleue a été tracée par l'ONU à la suite du retrait de l'armée israélienne en mai 2000 du Liban sud au bout de 22 ans d'occupation pour faire office de frontière.

L'arbre qui a suscité la colère a été déraciné

Sur le terrain, des soldats israéliens ont finalement déraciné l'arbre mercredi matin au moyen d'une grue et l'ont jeté du côté israélien de la frontière, a constaté un correspondant de l'AFP au Liban. Ils ont également déraciné deux autres arbres à proximité.

La radio militaire israélienne avait indiqué plus tôt que l'armée avait déployé dans la matinée d'importants renforts dans le secteur de la frontière.

Des unités équipées notamment de véhicules blindés ont été déployées près de l'endroit afin de protéger les militaires et les engins qui allaient être utilisés pour déraciner l'arbre, avait précisé la radio.

Selon les médias israéliens, cette opération viserait à permettre l'installation d'une caméra sur la clôture de sécurité pour surveiller le territoire libanais.

"L'incident de mardi n'a pas été programmé par l'état major de l'armée libanaise à Beyrouth ni par le Hezbollah", a affirmé Ehud Barak tout en prévenant qu'Israël réagirait "à toute provocation".

Ehud Barak a également déploré que les Etats-Unis et la France "aient fourni des armes sophistiquées au Liban, qui ont été utilisées lors des heurts de mardi et qui pourraient tomber dans les mains du Hezbollah".

Durant l'été 2006, à la suite de l'enlèvement par le mouvement chiite Hezbollah de deux soldats israéliens à la frontière, un conflit de 34 jours a opposé l'Etat hébreu au mouvement chiite, provoquant la mort de plus de 1200 Libanais, en majorité des civils, et 160 Israéliens, en majorité des militaires.

Mardi soir, le Hezbollah a affirmé qu'il avait décidé de ne pas intervenir dans les heurts à la frontière mais a averti qu'il n'hésiterait pas à le faire en cas de "nouvelle agression" d'Israël.

Un porte-parole de l'armée libanaise a pour sa part prévenu mercredi que son pays riposterait à toute nouvelle "agression" israélienne peu après l'annonce de l'envoi de troupes israéliennes à la frontière.

Mardi, l'ONU, l'UE et plusieurs pays occidentaux avaient appelé les deux parties à faire preuve de retenue.


AFP

Articles recommandés pour vous