Monde Moyen-Orient

Israël: la police autorisée à boucler des quartiers arabes de Jérusalem

Un Palestinien contrôlé par un policier israélien le 13 octobre 2015 à Jérusalem
14 oct. 2015 à 04:50 - mise à jour 14 oct. 2015 à 06:14Temps de lecture2 min
Par AFP

Le cabinet de sécurité israélien a décidé dans la nuit de mardi à mercredi d'autoriser la police israélienne à boucler des quartiers arabes de Jérusalem-est, selon un communiqué du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

"Le cabinet de sécurité a décidé de plusieurs mesures pour lutter contre le terrorisme, notamment d'autoriser la police à boucler ou imposer un couvre-feu sur les quartiers de Jérusalem en cas de frictions ou d'incitations à la violence", déclare ce communiqué.

Le cabinet a décidé de plusieurs mesures pour lutter contre les violences palestiniennes après la mort de trois Israéliens dans deux attentats à Jérusalem.

"Le cabinet a notamment autorisé qu'en plus de la démolition des maisons des terroristes, aucune construction nouvelle ne sera autorisée sur le site en question, que les propriétés des terroristes seront confisquées et que le permis de résident en Israël sera révoqué", poursuit le communiqué.

Le cycle de la violence relancé

Par ailleurs, les ministres réunis autour de Benjamin Netanyahu ont donné leur accord pour "renforcer le nombre de policiers ainsi que pour adjoindre des soldats à la sécurité en Israël notamment le long de la barrière de sécurité", selon ce communiqué.

Le cabinet de sécurité doit se réunir à nouveau mercredi pour décider d'autres mesures notamment contre "l'incitation à la violence"

M. Netanyahu avait promis mardi d'employer "tous les moyens" face aux violences palestiniennes. "Nous utiliserons tous les moyens en notre possession pour ramener le calme", avait-t-il déclaré.

Le gouvernement "va décider aujourd'hui même de moyens supplémentaires forts" qui "prendront effet sur le terrain le plus rapidement possible", avait annoncé le Premier ministre devant le Parlement.

Dans la matinée, deux Palestiniens ont semé la terreur en ouvrant le feu dans un autobus de Jérusalem-Est, faisant deux morts et plusieurs blessés.

C'est la première attaque à l'arme à feu à Jérusalem depuis le début de la flambée de violences le premier octobre -déclenchée avec l'assassinat de deux colons- qui a fait sept morts parmi les Israéliens et une trentaine chez les Palestiniens, dont une majorité de civils parmi lesquels huit enfants et une femme enceinte.

Une attaque concomitante à la voiture-bélier et au couteau a fait un mort israélien à Jérusalem-Ouest.