RTBFPasser au contenu

Monde

Israël: début des funérailles des victimes de la tuerie de Toulouse

Israël: début des funérailles des victimes de la tuerie de Toulouse

Israël enterre mercredi dans l'émoi et la douleur les quatre victimes juives de la tuerie de Toulouse, dont les dépouilles sont arrivées de France en compagnie de proches et du ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé.

L'avion de la compagnie israélienne El Al, à bord duquel avaient pris place une cinquantaine de proches des victimes ainsi que le chef de la diplomatie française, a atterri peu après 05h45 locales (03h45 GMT) à l'aéroport international Ben Gourion de Tel Aviv.

Quatre ambulances et trois minibus ont ensuite pris la direction de Jérusalem. Les cercueils frappés de l'étoile de David ont été transportés dans une salle funéraire de Shamgar, à l'entrée de la Ville sainte. Les corps, enveloppés dans des châles de prières, ont été préparés et exposés avant les obsèques.

Jonathan Sandler, 30 ans, professeur de religion juive, ses deux fils Arieh, 5 ans, et Gabriel 4 ans, ainsi que la petite Myriam Monsonego, 7 ans, doivent être inhumés à partir de 10h00 (08h00 GMT) au plus grand cimetière de Jérusalem, Har Hamenouhot (Mont du repos), dans le quartier de Givat Shaoul.

Les quatre cercueils avaient été acheminés mardi après-midi depuis Toulouse jusqu'à l'aéroport de Roissy. Une cérémonie funèbre a eu lieu à l'aéroport, à laquelle ont participé le président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre François Fillon.

Au moment même où les dépouilles arrivaient en Israël, le RAID, unité d'élite de la police française, cernait un suspect à Toulouse dans le cadre de l'enquête sur les assassinats de quatre parachutistes et de trois juifs commis par un individu à scooter ces dix derniers jours dans la ville et sa région.

Un homme de 24 ans, se revendiquant d'Al-Qaïda, était retranché en début de matinée dans un pavillon de la ville. Ce Toulousain d'origine maghrébine, aurait séjourné dans les zones troublées à la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan, fief d'Al-Qaïda.

Selon le ministre de l'intérieur, Claude Guéant, arrivé sur place, le suspect "a des attaches" avec des salafistes et jihadistes et a "dit avoir voulu venger les enfants palestiniens".

Le vice-ministre israélien des Affaires étrangères, Danny Ayalon, s'est immédiatement félicité "de l'action rapide de la police française".

"J'ai remercié M. Alain Juppé", a déclaré Danny Ayalon qui a accueilli à l'aéroport de Tel-Aviv le chef de la diplomatie française.

"Ce qui s'est passé à Toulouse est un crime odieux. Il y a un lien entre ce crime et les attentats qui ont visé récemment nos diplomates (en Inde et en Thaïlande): c'est la haine des fanatiques islamistes contre tout ce qui ne s'identifie pas à l'islam radical", a estimé le numéro deux de la diplomatie israélienne.

"Nous sommes tous dans le même bateau. Je pense qu'aujourd'hui, du moins en France, on comprend mieux les réalités auxquelles Israël est confronté pour assurer son auto-défense" a conclu M. Ayalon.

La tuerie a provoqué un profond émoi en Israël.

Les autorités israéliennes se sont dites mardi satisfaites des efforts de la France pour retrouver l'auteur de la fusillade, mais les commentateurs israéliens se sont inquiétés d'un climat antisémite en Europe.

AFP

Articles recommandés pour vous