RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Hainaut

ISPPC Charleroi : Valérie De Bue supprime le poste prévu pour Thomas Salden

ISPPC Charleroi : Valérie De Bue supprime le poste prévu pour Thomas Salden

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

27 août 2019 à 09:36 - mise à jour 27 août 2019 à 11:17Temps de lecture2 min
Par RTBF

Un poste annulé, des salaires qui ne seront finalement pas augmentés, Valérie de Bue, ministre wallonne des affaires intérieures, a réagi après la controverse qui secoue l’ISPPC. L’Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi fait parler d’elle depuis plusieurs jours. Une figure en particulier est au cœur de cette affaire, celle de Thomas Salden, secrétaire général adjoint du MR et demi-frère d’Olivier Chastel.

Que lui reproche-t-on ?

D’avoir obtenu un poste taillé spécialement pour lui, pour Thomas Salden. Celui de conseiller général de l’ISPPC, l’équivalent du numéro 2 de la structure. Une fonction jugée aujourd’hui inutile par la ministre Valérie de Bue. Inutile et coûteuse : plus de 200.000 euros bruts de salaire annuel. Le tout sans motif apparent ni concertation. "Il y a clairement un problème de justification de ces rémunérations dans la mesure où celles-ci ont été revalorisées en 2017. Sans compter que ce sont des décisions qui doivent faire l’objet de discussions avec les syndicats et ces négociations n’ont pas eu lieu d’où cette annulation aujourd’hui", explique Valérie de Bue.

Des pages ajoutées au dernier CA

Plusieurs éléments troublants ont pourtant conduit au choix de Thomas Salden pour ce poste, ajoute la ministre. Aucun diplôme n’était requis par exemple mais une expérience dans le service public. Un délai de 9 jours à peine pour postuler. Tout cela a pourtant été validé par l’ancien conseil d’administration de l’ISPPC. Luc Bogaert, ex-membre Ecolo du CA s’en explique : "au dernier conseil d’administration, il y avait 340 pages sur la table de chaque administrateur et parmi ces 340 pages, une dizaine de neuves, ajoutées le jour même, notamment les pages les plus importantes qui posent problème aujourd’hui."
En plus de l’annulation de son poste, Thomas Salden perd aussi son siège au sein du conseil d’administration. Il s’y trouvait en tant qu’administrateur indépendant. La ministre a aussi annulé l’augmentation salariale de 20.000 euros bruts par an décidé pour 4 directeurs de l’ISPPC.

De son côté, l’institution n’a pas souhaité faire de commentaire mais demande à la ministre de Bue une réunion d’urgence pour obtenir des éclaircissements. Réaction aussi du PTB qui demande au gouvernement wallon d’envoyer un délégué spécial pour contrôler le conseil d’administration de l’ISPPC. De son côté, DéFI, réclame un nouvel audit d’urgence.

Journal télévisé 25/08/2019

ISPPC : polémique autour du poste du demi-frère d'Olivier Chastel

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous