Monde

Iran : la répression a fait au moins 108 morts parmi les manifestants, selon une ONG

© Tous droits réservés

12 oct. 2022 à 09:24Temps de lecture2 min
Par Belga édité par D. V. Ossel

Au moins 108 personnes ont été tuées en Iran dans la répression des manifestations déclenchées il y a près d'un mois par la mort de Mahsa Amini après son arrestation par la police des moeurs, a indiqué mercredi une ONG.

Les forces de sécurité iraniennes ont également tué au moins 93 autres personnes dans des heurts distincts à Zahedan, dans la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est), a rapporté l'organisation Iran Human Rights (IHR). Dans ce cas-ci, les violences avaient été déclenchées lors de manifestations pour protester contre le viol présumé d'une jeune fille par un policier.

Plus de 100 personnes inculpées

Plus de 100 personnes ont par ailleurs été inculpées en Iran, a déclaré mercredi l'Autorité judiciaire. Cette dernière a annoncé "la mise en accusation de 60 personnes" à Téhéran et de 65 autres dans la province d'Hormozgan (sud), arrêtées lors des "récentes émeutes", a indiqué Mizan Online, le site de la justice iranienne.

Le mouvement de contestation en Iran a débuté le 16 septembre, date à laquelle Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est morte à l'hôpital, trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des moeurs pour avoir selon celle-ci enfreint le code vestimentaire strict pour les femmes en République islamique, prévoyant notamment le port du voile.

Malgré des centaines d'arrestations et la répression meurtrière, le mouvement de contestation, le plus important depuis celui de 2019 contre la hausse du prix de l'essence, ne faiblit pas.

Kurdistan

Des organisations de défense des droits humains alertent sur la répression particulièrement sévère à Sanandaj, capitale de la province du Kurdistan (nord-ouest), la région d'où était originaire Mahsa Amini. "La communauté internationale doit empêcher d'autres meurtres au Kurdistan en apportant une réponse immédiate", a lancé mercredi Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur de l'ONG IHR basée en Norvège, mettant en garde contre "une imminente répression dans le sang" dans cette province.

Les restrictions d'accès à Internet imposées par les autorités entravent l'enquête de l'ONG sur l'ampleur de la répression, a-t-il déploré.

D'après son ONG, 14 personnes ont été tuées au Kurdistan depuis le début de la contestation mais ce bilan n'inclut pas les victimes de la "répression sanglante" des trois derniers jours, durant lesquels "de larges manifestations" ont eu lieu à Sanandaj. Ailleurs dans le pays, 11 personnes ont notamment été tuées dans la province de Téhéran et 28 dans celle de Mazandaran (nord), d'après IHR, qui affirme que des enfants ont également été arrêtés.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous