RTBFPasser au contenu
Rechercher

Investigation

#Investigation sur les Scan Car : les personnes à mobilité réduite discriminées

Les cartes PMR, indétectables pour les Scan Car
11 nov. 2021 à 06:30 - mise à jour 11 nov. 2021 à 14:06Temps de lecture3 min
Par Sébastien Giron

Après s’être questionnée sur les bénéfices des Scan Car, puis sur les maladies de jeunesse de parking.brussels, l’équipe d'#Investigation a conclu son enquête en rencontrant Isabelle Van Cutsem, directrice de "La Clé". Cette asbl bruxelloise héberge des enfants et des adolescents sourds, une activité pour laquelle elle accumule les redevances injustifiées.

Une carte indétectable

Lorsqu’elle lâche le paquet de feuilles, un bruit sourd vient faire raisonner le bureau. "Elles sont toutes là" explique Isabelle Van Cutsem, en tapotant sur la pile de feuilles A4 formée par toutes les redevances reçues par "La Clé" depuis maintenant plus d’un an. Des redevances injustifiées, tout comme celle arrivée le matin de notre visite. La lettre explique qu’un véhicule de l’institution a été "verbalisé le 25 septembre à 11h52" ainsi que "le 28 septembre" nous lit Isabelle Van Cutsem, avant de simplement ajouter ces feuilles en haut de la pile.

Alors pourquoi ces redevances sont-elles injustifiées ? Car pour chaque enfant hébergé (des enfants porteurs de handicap), le centre dispose d’une carte dite "PMR", pour Personne à Mobilité Réduite. Cette carte, à placer près du pare-brise, permet à un véhicule de se garer gratuitement aux emplacements communément appelés "places handicapées". Aucune raison donc de recevoir de redevances lors des nombreux déplacements (et donc stationnements) que "La Clé" effectue chaque jour, pour amener les enfants à l’école, sur leurs lieux d’activités puis les ramener au centre.

Et pourtant, comme le prouve encore la lettre reçue ce matin, les redevances arrivent, "alors que nous sommes en règles".

Des redevances injustifiées reçues depuis plus d’un an
Des redevances injustifiées reçues depuis plus d’un an RTBF

Si ces redevances arrivent jusqu’à "La Clé", c’est parce que les Scan Car ne savent à ce jour tout simplement pas reconnaître les cartes PMR. Ces cartes ne sont que de simples documents en papier totalement indétectables par le véhicule scanner. "Une faille, reconnaît Pierre Vassart, le porte-parole de parking.brussels. Le modèle des cartes PMR a été créé alors que la technologie de la Scan Car n’existait pas encore".

Problématique, d’autant que changer ce modèle – pour par exemple une carte électronique – devrait demander du temps : les cartes PMR ont été déterminées au niveau européen.

Les Scan Car ont créé ce problème

Isabelle Van Custem, de son côté, s’assoit face à son bureau pour commencer une routine qu’elle souhaiterait ne pas si bien maîtriser, celle de la réclamation. Elle raye d’une grande croix la somme qu’elle est supposée payer, ajoute au crayon et en majuscule la mention "CARTE PMR" en haut de la redevance et joint une photocopie de la carte PMR en question.

Des gestes qu’elle fait depuis maintenant plus d’un an, à raison de trois à cinq fois par semaine. Car de manière totalement inexplicable, malgré les réponses de parking.brussels, qui indique toujours bien "annuler la redevance et prendre en compte nos numéros de carte PMR", les mauvaises surprises ne cessent d’arriver dans la boîte aux lettres de La Clé. "Ça prend du temps, ça nous énerve, ça nous stresse, soupire la directrice forcément agacée par la situation. Humainement, ce n’est pas très chouette de vivre tout ça."

On a inversé la charge de la preuve

En optant pour le contrôle électronique du stationnement, les communes et les sociétés spécialisées ont donc créé un problème qui n’existait pas avec le contrôle humain. Alors que faire ?

Certaines communes comme Etterbeek ont fait le choix de se passer de la Scan Car, notamment "pour ne pas discriminer les personnes à mobilité réduite" explique le bourgmestre Vincent De Wolf. A La Louvière, l’usage de la Scan Car a été validé mais seulement "accompagné d’une vérification humaine pour chaque véhicule en infraction" nous explique Nancy Castillo, échevine à la Mobilité pour qui la Scan Car "inversait la charge de la preuve". Pour elle, il était hors de question de demander "aux personnes qui disposent d’une carte PMR de (se) justifier à chaque fois". La double vérification ne durera que deux mois à La Louvière, où la Scan Car ne circule plus.

Sur le même sujet

Gare aux amendes : la "scan car" débarque à Namur cet été, malgré quelques ratés

Regions

Les caméras ANPR se trompent au moins une fois sur cent

On n'est pas des pigeons

Articles recommandés pour vous