Investigation

#Investigation – Les méthodes des alcooliers pour nous faire boire : Pernod Ricard (2/2)

#Investigation

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’émission #Investigation a enquêté sur les méthodes de l’industrie de l’alcool, en Belgique. Le deuxième volet s’intéresse aux stratégies des délégués commerciaux du géant Pernod Ricard, au sein de l’Horeca.

Vous consommez peut-être les boissons alcoolisées du groupe Pernod Ricard, sans même le savoir. Il faut dire que la gamme du numéro deux des vins et spiritueux est longue : pastis, rhum, vodka, champagne, whisky, gin ou encore tequila. Le chiffre d’affaires de la multinationale française dépasse les dix milliards d’euros.

La galaxie Pernod Ricard
La galaxie Pernod Ricard

La fonction de délégué commercial

Ces boissons alcoolisées se vendent principalement dans la grande distribution et dans l’Horeca. C’est dans ce dernier secteur que l’émission #Investigation a enquêté plusieurs mois. Pour comprendre comment Pernod Ricard développe ses activités dans les bars et les restaurants, nous avons rencontré Arnaud Rousseau. Il a travaillé pendant près de 20 ans pour la société française. Son métier, c’était celui de sales. En français, un délégué commercial. Son travail consistait à signer des contrats avec les établissements Horeca afin qu’ils vendent les alcools de la marque. Malgré un licenciement, "pour cause de restructuration", précise-t-il, Arnaud Rousseau garde un très bon souvenir de son expérience.

Suggérer nos alcools plutôt que ceux des concurrents

"C’est un travail de suivi. Le bon délégué commercial passe régulièrement chez ses clients et répond à leurs demandes. Certains cafetiers veulent des verres, d’autres des parasols, des animations, des actions marketing… Si le délégué entretient de bonnes relations avec ses clients, les barmen de ces établissements peuvent devenir de bons ambassadeurs de nos marques". Comprenez par là : des barmen qui vont parfois influencer un consommateur hésitant. "Les barmen pourront suggérer nos alcools plutôt que ceux des concurrents. Forcément, les ventes de Pernod Ricard en découlent", explique Arnaud Rousseau.

 

 

Arnaud Rousseau a travaillé près de 20 ans pour Pernod Ricard.
Arnaud Rousseau a travaillé près de 20 ans pour Pernod Ricard. © RTBF

Les récompenses de Pernod Ricard : des voyages en Irlande, en Angleterre ou à Cuba

Ne soyons pas naïfs, ces méthodes existent dans n’importe quel autre secteur d’activités économiques. Les délègues commerciaux développent et entretiennent des liens étroits avec leurs clients. Avec un système de rétribution pour les meilleurs d’entre eux. Chez Pernod Ricard, c’est pareil. Plus un barman sert de l’alcool, plus il reçoit en échange. "Oui, il existe des récompenses", poursuit Arnaud Rousseau."On peut payer des repas au restaurant ou inviter des clients sur les circuits de F1 où nous sommes partenaires. Par le passé, j’ai emmené des barmen en week-end à Tomorrowland ou à l’étranger. On offrait des voyages aux meilleurs ambassadeurs de nos marques. On allait visiter des distilleries à Londres, en Irlande ou à Cuba, pour le rhum".

Une drogue dure

Si ces méthodes existent ailleurs, elles posent question. Car en bout de chaîne, c’est bien de l’alcool qui est vendu. Une substance légale dans la plupart des pays du globe, mais classée dans la catégorie des drogues. " C’est même la drogue la plus dure au monde", explique le Dr Thomas Orban, médecin généraliste et alcoologue. "Si on additionne son caractère addictif à tous les dommages liés à sa consommation – ennuis de couple, de travail, problèmes sociaux, etc., l’alcool est considéré comme étant la drogue la plus dure. De plus, c’est un produit toxique lié à 200 pathologies. C’est loin d’être un produit anodin".

Thomas Orban est médecin généraliste et alcoologue.
Thomas Orban est médecin généraliste et alcoologue. © RTBF

Des délégués ivres au volant

Plusieurs anciens employés de Pernod Ricard ont accepté de nous dévoiler les facettes du métier de délégué commercial. Et surtout ses travers. "Les voyages Pernod Ricard ? Une beuverie organisée", raconte cet ancien sales. "C’est un produit dangereux. Mais cela ne se ressent pas du tout au sein de la boîte. On s’en fout", explique un autre.

Les voyages Pernod Ricard ? Une beuverie organisée.

Tous les témoignages rassemblés vont dans le même sens : la fonction de délégué commercial pour Pernod Ricard, ce n’est pas un métier comme un autre. Extrait.

Témoignage Ex-Pernod Ricard

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Cet ancien employé est formel : pour entretenir ces bonnes relations avec les patrons d’établissement et les barmen, certains sales sont presque obligés de boire. Qu’importent les risques. "Ce qui me choquait, c’est qu’on laissait les délégués commerciaux boire et rentrer bourrés avec leur véhicule. Ce n’est pas parce qu’on vend de l’alcool qu’on doit en consommer à ce point".

© Tous droits réservés

Pernod Ricard réagit

Ces pratiques sont-elles courantes, dans le métier ? Un autre ex-employé de Pernod Ricard en est convaincu. "Des employés qui consommaient trop d’alcool ou qui étaient dépendants, j’en ai connu tellement. Et moi ? C’était mon travail de consommer. J’aimais boire de l’alcool". La société française n’a pas souhaité s’exprimer face caméra. Depuis le siège de Paris, le porte-parole du groupe, Emmanuel Vouin a répondu à #Investigation. "La consommation responsable fait partie intégrante de la stratégie de Pernod Ricard comme de sa politique de formation. Si nos collaborateurs peuvent être amenés à faire déguster nos produits à leurs clients dans le cadre de leurs présentations ou visites d’établissements, nous sommes confiants qu’ils le font en veillant au strict respect de nos principes de consommation responsable".

Des propos qui ne collent pas vraiment avec l’ensemble des témoignages que nous avons récolté durant ces six mois d’enquête. "Pour certains sales, le métier consiste à faire la fête avec les clients et à faire la tournée des bars. Chez Pernod Ricard, les employés apprennent à boire", conclut un proche d’un ancien employé.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous