RTBFPasser au contenu
Rechercher

Guerre en Ukraine

Invasion de l'Ukraine : "Les sanctions européennes ne pourront pas enrayer la machine militaire russe"

Guerre en Ukraine: analyse de Julien Pomarède chercheur en sciences politiques à l ULB

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

25 févr. 2022 à 08:11Temps de lecture1 min
Par Alain Lechien

Au deuxième jour de l’offensive russe en Ukraine, Julien Pomarède, chercheur en sciences politiques à l’ULB, explique quelle peut être la réponse militaire de l’Otan : c’est la dissuasion : "Vu que le danger est aux portes de l’Europe, l’Otan va renforcer son dispositif de sécurité dans ses pays qui sont sur le flanc Est : les pays baltes, la Pologne, la Roumanie. L’Ukraine ne fait pas partie de l’Otan. Et dans la réalité, l’Ukraine sera seule militairement au sol face aux Russes".

Selon lui, "on est dans une séquence où les opérations militaires sont lancées, Vladimir Poutine ira jusqu’au bout. Les sanctions européennes ne pourront pas enrayer la machine militaire russe sur le plan des opérations actuelles". Il constate des dissensions dans le clan occidental entre les durs et les modérés. La position européenne est le fruit d’un compromis. La ligne française et celle des pays de l’Est ont obtenu que la Commission travaille sur un troisième train de sanctions.

Poutine a "très bien joué" sur la fragmentation des Européens depuis 15 ans, qui est liée à la dépendance au gaz et à la proximité idéologique de certains leaders européens et de certains responsables politiques haut placés en France, dont certains candidats à la présidentielle. Dans cette période de crise, on a beaucoup de mal à se souder sur des mesures fortes".

Le secrétaire général de l’Otan a déclaré : "Moins Poutine voudra d’Otan, plus il aura d’Otan". Julien Pomarède rappelle que "la Russie est l’adversaire central dans la matrice otanienne autour duquel l’Alliance se ressoude. C’est ce qu’on voit aujourd’hui. "La nuit du 23 au 24 février 2022 est un basculement historique majeur", selon lui.

Loading...

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : le chef de la diplomatie chinoise "regrette profondément" le conflit

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la Suisse s'aligne sur les sanctions européennes, y compris financières

Monde

Articles recommandés pour vous