Inside

Interview de Célia Rombaut, victime de crimes sexuels à 8 ans : la RTBF devait-elle parler de pédophilie ou de pédocriminalité ?

Victime de pédophilie, Célia accompagne les traumatisé.e.s

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

13 janv. 2023 à 14:52Temps de lecture3 min
Par Benoît Feyt, journaliste à la rédaction info, pour Inside

L’interview (ci-dessus) de Célia Rombaut, réalisée par l’équipe de VEWS, a suscité de nombreuses réactions du public. Positives, principalement. La plupart des commentaires postés sur les réseaux sociaux de la RTBF ont surtout souligné le courage de cette femme, victime d’un viol à l’âge de 8 ans, qui témoigne dans son autobiographie "les couches de l’oignon" du long parcours de souffrance qu’elle a enduré avant de se reconstruire. Devenue thérapeute, elle vient aujourd’hui en aide à d’autres victimes qui ont subi des crimes sexuels durant leur enfance.

►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres : tout sur la démarche Inside de la rédaction ici

Une phrase, accompagnant la vidéo, a cependant suscité des réactions plus critiques d’une partie du public. Ou plutôt, un mot. Célia Rombaut y est présentée comme victime de "pédophilie". Aurait-il été plus indiqué de parler de "pédocriminalité" ?

© Tous droits réservés

Un débat né en France

En France, des associations de victimes militent depuis plusieurs années pour que l’on abandonne l’usage du terme "pédophilie" et qu’on le remplace par "pédocriminalité". Un précédent article d’Inside en explique les raisons. La principale étant que l’étymologie du terme pédophilie est ambiguë. "Philie" provient du grec ancien "philein" qui évoque l’amour amical. "Pédo" dérive de "païs" qui signifie "enfant". Autrement dit, au sens littéral, la "pédophilie" c’est "l’amour des enfants"… une notion qui n’évoque nullement le viol, l’agression ou l’attouchement sexuel, dont il est question dans l’usage courant de ce mot.

Comme l’ont souligné plusieurs commentaires, le terme pédocriminalité a l’avantage de souligner sans équivoque le caractère criminel des agressions sexuelles commises sur les enfants.

© Tous droits réservés

Le choix des mots pour s'adresser au grand public 

"Nous savons que ce débat existe en France, explique Jérémy Giltaire, référent info jeunes adultes à la RTBF et chef de rédaction de VEWS. Ici, nous avons choisi de parler de pédophilie car c’est un mot que Célia Rombaut, qui est Française, utilise elle-même. Tout comme Mamaédition, l’éditeur de son livre, Français également, qui parle de "réseau pédophile". Par ailleurs, dans le contexte belge, quand on dit "pédophilie", on pense immédiatement à l’affaire Dutroux dont le caractère criminel ne souffre d’aucune équivoque. Le mot parle au plus grand nombre et c’est une de nos principales préoccupations d’être compris par le plus large public possible."

A la RTBF, il n’existe pas de recommandations particulières quant à l’usage des mots "pédophilie" ou "pédocriminalité". Mais des questions de terminologie dans d’autres domaines ont souvent donné lieu à des adaptations ces dernières années. Des évolutions qui s’inspirent des débats qui secouent notre société et des commentaires que nous recevons du public.

S'inspirer du débat public 

"A la rédaction de VEWS, nous sommes très attentifs à l’usage des mots car nous sommes bien conscients des risques de banalisation par le langage, explique Jérémy. C’est pourquoi nous parlons systématiquement de "féminicide" et jamais de "crime passionnel" lorsqu’il est question de l’assassinat d’une femme par un (ex) compagnon. On ne parle plus d’une personne "transsexuelle" mais plutôt de personne "transgenre", afin de marquer une distinction claire entre la notion de sexe biologique et de genre, qui désigne l’identité sexuelle reconnue par une société à tout individu."

Notre société est de plus en plus attentive à la terminologie, comme on peut régulièrement le constater dans les échanges qui circulent sur les réseaux sociaux et dans les messages que nous recevons de notre public. C’est pourquoi la RTBF s’applique à expliquer ses choix et… à reconnaître ses erreurs de langage lorsque cela s’avère pertinent.

Après la diffusion de l’interview de Célia Rombaut, nous avons ainsi reçu quelques messages attirant notre attention sur le hashtag #sexualité qui accompagnait la publication sur Facebook et Instagram.

© Tous droits réservés

Ces commentaires ont retenu l’attention de Jérémy qui a immédiatement réagi en supprimant le hashtag en question.

© Tous droits réservés

Un exemple parmi d’autres qui démontre que la vigilance du public de la RTBF est une source de réflexion importante pour nos journalistes.

►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres… Sur INSIDE, les journalistes de l’info quotidienne prennent la plume - et un peu de recul - pour dévoiler les coulisses du métier, répondre à vos questions et réfléchir, avec vous, à leurs pratiques. Plus d’information : là. Et pour vos questions sur notre traitement de l’info : c’est ici. 

Image symbolisant la pédocriminalité
Image symbolisant la pédocriminalité © Tous droits réservés

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous