RTBFPasser au contenu

Regions

Inondations : des conseillers mobiles en relogement de la Croix-Rouge pour aider les sinistrés

Les conseillers en relogement vont à la rencontre de la population dans les communes sinistrées. Ici à Theux en bord de Hoëgne

Dans les zones sinistrées, la Croix-Rouge a installé une vingtaine de points d’accueil. Parmi les équipes présentes, 5 conseillers en relogement. Leur mission : aider les victimes des inondations dans leurs démarches administratives et les informer des différentes aides auxquelles elles ont droit. 750 dossiers ont été ouverts. Dans les centres, ils organisent des permanences ou des rendez-vous pour renseigner les propriétaires et les locataires sinistrés. Mais ils se rendent aussi sur le terrain pour aller au contact de la population dans les communes touchées et les renseigner sur les possibilités d’aides pour leur logement.

C’est parfois compliqué psychologiquement de demander de l’aide

Alice Leclerq et Boris Ernoud sont conseillers mobiles en relogement. Mardi, ils rendaient visite aux sinistrés à Theux, en bord de Hoëgne. "Pour certaines personnes, c’est parfois compliqué psychologiquement de franchir le cap d’aller demander de l’aide alors qu’il y a certaines aides auxquelles ils ont droit : par exemple ; la prime électricité ORES ou RESA de 550 euros qui est destinée à aider les sinistrés à faire face à la surconsommation énergétique d’un déshumidificateur" explique Alice. "Certaines personnes n’osent pas demander de l’aide ou alors sont convaincues qu’elles ont été touchées mais que leur voisin a été davantage touché qu’eux. Par exemple, ils disent "moi j’ai eu 80 centimètres d’eau mais allez plutôt voir si mon voisin n’a pas besoin d’aide car il a eu un mètre vingt chez lui"… Or tout le monde a droit à de l’aide. Notre mission c’est d’aider un maximum de personnes quelle que soit la situation."

Le fonds des calamités pour le contenu non assuré

Dans leur maraude, les conseillers de la Croix-Rouge rencontrent des personnes qui ont des retours négatifs des assurances à propos de dossiers pas encore clôturés ou pas traités en raison de désaccords avec les experts. "Il y a aussi des gens qui pensaient être assurés pour le contenu et qui lorsqu’ils rencontrent l’expert, se rendent compte que pour le contenu, ils ne sont pas assurés. Dans ces cas-là, il faut introduire le dossier au fonds des calamités pour avoir une intervention."
 

Suivez en reportage radio Alice et Boris à Theux

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

21 janv. 2022 à 09:41
1 min

Articles recommandés pour vous