RTBFPasser au contenu

Régions Brabant wallon

Inondations à Mont-Saint-Guibert: créer des zones tampons en amont pour réguler d’éventuels futurs débordements de l’Orne

Cette image aérienne donne une idée de l'ampleur des inondations spectaculaires qui ont frappé la commune de Mont-Saint-Guibert.

Tandis que la Dyle débordait à Court-Saint-Etienne, Ottignies et Wavre le mois dernier, c’est l’Orne qui sortait de son lit de façon spectaculaire à Mont-Saint-Guibert, inondant le bas du village et causant de lourds dégâts, sur le site des brasseries et des anciennes papeteries notamment. Près de 150 habitations ont été touchées à des degrés divers, des routes et des terrains de sport ont aussi été endommagés.

"Dans un premier temps, la volonté a été d’aider les riverains à évacuer les déchets et à rentrer chez eux, explique Julien Breuer, bourgmestre de Mont-Saint-Guibert. Il y a eu un superbe élan de solidarité. Nous avons aussi créé un fonds qui a permis de fournir des appareils électroménagers à ces gens, pour qu’ils puissent vivre dans les meilleures conditions. Ensuite, le deuxième volet, ça été de procéder rapidement aux travaux dans l’espace public. La réfection des voiries sera normalement terminée pour fin août ou début septembre, de manière à cicatriser le plus vite possible."

Certaines routes ont été complètement arrachées par la puissance de l'eau.
Certaines routes ont été complètement arrachées par la puissance de l'eau. Tous droits réservés

Une stratégie "intercommunale"

L’urgence passée, les autorités communales s’interrogent maintenant sur la façon de limiter les risques à l’avenir. Et pour le bourgmestre, il est clair que Mont-Saint-Guibert ne s’en sortira pas seule. Toutes les communes traversées par l’Orne et ses affluents doivent se mettre autour de la table.

"Quand on voit qu’à la frontière de Mont-Saint-Guibert et de Walhain, le pont a lâché sous la pression de l’Orne, on se rend compte que la problématique n’est pas liée à une commune ou à une autre, poursuit Julien Breuer. La problématique se situe tout le long du cours d’eau. Ce qu’il faut parvenir à faire, c’est retenir ces eaux en amont. Si chaque commune pouvait retenir une petite capacité sur son territoire, cela permettrait déjà d’aider. Il faut retenir les eaux à certains endroits, éviter qu’elles se jettent dans des pertuis, que ce soit au niveau des brasseries et des papeteries. Il faut éviter que ces eaux arrivent sur des obstacles et produisent alors des débordements totalement incontrôlés. Le but, ce serait d’arriver à contrôler progressivement les débordements. Même si on ne peut pas promettre aux riverains que ça évitera toute inondation à l’avenir, ce serait déjà une bonne chose d’avoir ces zones tampons."

Stocker l’eau en amont est donc indispensable, selon le bourgmestre de Mont-Saint-Guibert. Une réunion avec ses collègues de Chastre, Walhain et Court-Saint-Etienne aura lieu prochainement.

Faut-il urbaniser les zones à risque?

Mais la commune veut aussi repenser l’aménagement de son territoire, surtout dans les zones où le risque d’inondation existe.

"On a remarqué qu’il y a des zones qui n’apparaissaient pas sur les cartes de la Région wallonne mais qui apparaissent aujourd’hui sur des cartes communales qui ont été réalisées pendant cet épisode. Evidemment, on doit prêter une attention particulière à ces terrains. Faut-il les urbaniser ou non, c’est une grosse réflexion, notamment le site des brasseries où il y a toujours une volonté de remettre l’Orne à ciel ouvert le jour où on entamerait un processus de reconversion. Là, pour l’instant, ce processus est sur pause. Nous voulons savoir s’il ne serait pas plus intéressant de transformer le site en zone tampon plutôt que de l’urbaniser."

Environ 150 logements ont été touchés, à des degrés divers, par les inondations de la mi-juillet à Mont-Saint-Guibert.
Environ 150 logements ont été touchés, à des degrés divers, par les inondations de la mi-juillet à Mont-Saint-Guibert. Anne-Sophie Van Eechaute

Des projets gelés, d'autres revus

Les projets d’envergure sont dont gelés, tandis que certains petits projets sont revus.

"On a par exemple le cas d’un projet qui a carrément été stoppé. Ce n’est pourtant qu’une simple extension d’habitation, mais on se demande si ce projet-là n’aurait pas plus de sens sur pilotis, pour pouvoir laisser passer un maximum d’eau en cas de nouvelle crue."

C’est sûr, les intempéries du mois de juillet seront un moment charnière dans la vie des communes sinistrées. A Mont-Saint-Guibert, de l’aveu même du bourgmestre, elles vont chambouler l’agenda de la législature. La lutte contre les inondations va prendre le pas sur tout le reste, c’est un chantier de très longue haleine qui est désormais lancé.

Ci-dessus, les images des inondations à Mont-Saint-Guibert

Inondations en Belgique : la Wallonie submergée (images amateur drône de Quentin Van Belle)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

05 janv. 2022 à 06:42
1 min
17 août 2021 à 06:59
2 min

Articles recommandés pour vous