RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Informatisation des prisons: les détenus pourront commander films et repas

Informatisation les prisons pour mieux les gérer
28 mars 2013 à 16:53Temps de lecture1 min
Par Belga News

La première phase de ce travail d'informatisation consistera en une mise à jour du programme de gestion des détenus, qui est en place depuis 1998. Son principal problème est qu'il ne permet pas de contact direct avec d'autres structures de la justice, comme le parquet ou les différents tribunaux, explique le directeur général des établissements pénitentiaires, Hans Meurisse. La nouvelle version du programme, qui doit permettre à tous les acteurs d'accéder aux informations et améliorer la circulation de celles-ci, devrait être implémentée dans les différents établissements d'ici la fin 2013, assure-t-on.

D'autre part, la DG EPI compte informatiser un certain nombre de services qui doivent améliorer l'organisation de la détention. Il s'agit notamment de permettre aux détenus d'effectuer des achats de produits de cantine par voie numérique, de téléphoner ou encore de commander un film directement depuis leur cellule, ce qui réduira substantiellement le travail des gardiens, souligne-t-on.

Les dossiers entièrement informatisés permettront également d'éviter toutes sortes d'erreurs de procédure en ce qui concerne les demandes d'appel, de libération, etc., prévoit la Direction générale. Cette informatisation concernera dans un premier temps les trois nouvelles prisons qui ouvriront respectivement leurs portes en novembre à Marche, en février 2014 à Beveren et à l'été 2014 à Leuze. Les premiers établissements existants qui bénéficieront du système seront les prisons d'Ittre et Hasselt.

Durant les cinq prochaines années, l'accent sera par ailleurs mis au sud du pays sur la rénovation des infrastructures existantes, "très en retard par rapport à celles du nord", souligne la Direction générale. Le travail avec les Communautés sera également renforcé, à l'image de ce qui se fait déjà en Flandre, notamment pour améliorer les possibilités des détenus en matière de formation et de culture, précise M. Meurisse.

La DG EPI emploie quelque 9.000 collaborateurs et gère plus de 12.000 détenus répartis au sein de 38 établissements pénitentiaires.


Belga

Sur le même sujet

Les nouvelles prisons: faire du neuf… avec du vieux ?