Economie

Inflation à 8,31% : tout augmente ? Non, le prix de certains produits a baissé, voici pourquoi

04 avr. 2022 à 10:49 - mise à jour 04 avr. 2022 à 12:29Temps de lecture3 min
Par Jean-François Noulet

L’inflation galope à 8,31% en mars de cette année. Un certain nombre de produits sont aujourd’hui plus chers qu’il y a un an. C’est singulièrement le cas pour tous les produits énergétiques.

En revanche, il est des produits qui résistent à la hausse des prix. Ils se trouvent surtout dans les catégories de produits "électroniques". Des appareils de télévision, des logiciels, des smartphones, jouets et consoles de jeux, des réfrigérateurs sont ainsi moins chers en mars de 2022 qu’en mars 2021. A condition d’opter en 2022 pour un produit identique à celui qui était vendu en 2021, le prix sera moins élevé.

Pour un même appareil de télévision, par exemple, son prix a chuté de 12,2% entre mars 2021 et mars 2022.

Les chiffres publiés par Statbel, l’organisme fédéral de statistiques le montrent, de mars 2021 à mars 2022, toute une série de produits à composante principalement électronique ont vu leurs prix baisser.

Ainsi, les appareils de télévision sont 12,2% moins cher. Les logiciels coûtent 10,6% de moins, les supports d’enregistrement, par exemple, les cartes mémoires, 8,4% de moins. Pour les smartphones, c’est 7,7% de moins. Les jouets et consoles de jeux affichent une baisse de 4,8%. Les réfrigérateurs et surgélateurs ont, eux, baissé de 3,6%.

"Par rapport au secteur de l’électronique, l’inflation est négative", observe Adrien Mierop, statisticien chez Statbel. "Par exemple, une même télévision, on l’achèterait 12% moins cher que l’an dernier", poursuit-il.

La manière dont est mesurée l’inflation explique en partie la forte baisse

Cette diminution des prix dans le secteur électronique s’explique par deux raisons.

Il faut d’abord bien comprendre comment fonctionne la mesure de l’évolution de l’inflation. "C’est une mesure relative, dans le temps, de l’évolution du prix d’un même produit ou d’un produit dont les caractéristiques restent constantes", explique Adrien Mierop.

Cette précision a son importance car, "dans le domaine de l’électronique, les produits s’améliorent très rapidement", poursuit Adrien Mierop. Les téléviseurs évoluent d’année en année vers du "toujours plus grand", du "meilleur sur le plan énergétique" et vers "plus de fonctionnalités", avec des caractéristiques qui vont s’améliorer.

La baisse de prix de 12% observée sur les téléviseurs entre 2021 et 2022 signifie donc qu’on compare l’évolution du prix d’un téléviseur identique dont les spécificités n’ont pas changé et qui, par rapport aux autres téléviseurs arrivés sur le marché, est probablement plus "obsolète" et plus "dépassé".

Si un consommateur accepte aujourd’hui d’acheter un appareil de télévision ou un logiciel qui était déjà sur le marché il y a un an, et qui est "dépassé", il le paiera beaucoup moins cher qu’en mars 2021.

En revanche, le consommateur qui souhaitera acheter aujourd’hui une TV tout dernier cri déboursera très probablement plus. Le prix moyen payé par un consommateur pour acheter une télévision n’est donc pas aujourd’hui 12% plus bas qu’il y a un an. En effet, les consommateurs actuels auront tendance à acheter aussi des téléviseurs plus récents, plus sophistiqués et donc plus chers.

La forte baisse s’explique aussi par un rattrapage "post-Covid"

Une autre explication à la forte baisse des prix des produits électronique est liée à la crise du Covid. "Dans les années 2020 et 2021, à cause du Covid, il y a eu une légère augmentation des prix de l’électronique. Il y avait moins de stock, c’était plus difficile de trouver des puces électroniques etc", explique Adrien Mierop, de Statbel. "Ce qui fait que par rapport à l’année passée, les prix sont plus bas, l’inflation va être négative", ajoute Adrien Mierop.

La crise du Covid avait ouvert une parenthèse dans l’évolution des prix de l’électronique en faisant repartir ces derniers à la hausse. Avant 2020-2021, pour les produits électroniques, "il y avait une diminution très progressive et très linéaire dans le temps", poursuit Adrien Mierop. Ainsi, avant le Covid, les prix de ces produits avaient baissé d’environ 2% sur base annuelle.

Sur le même sujet : JT du 24/03/2022

Sur le même sujet

Prix de l'énergie : les Pays-Bas font face à la plus forte inflation depuis 1976

Prix de l'énergie

Hausse de l'inflation : l'indice pivot devrait de nouveau être atteint en avril

Economie

Articles recommandés pour vous