Monde

Indonésie : des violences après un match de foot font au moins 125 morts (bilan révisé)

02 oct. 2022 à 05:21 - mise à jour 02 oct. 2022 à 11:55Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par M. Allo

Le bilan d'un mouvement de foule mortel dans le stade de football de Malang en Indonésie a été révisé dimanche de 174 à 125 morts, à cause du double comptage de certaines victimes, a indiqué un responsable de la province de Java Est.

"Le bilan est aujourd'hui de 125 morts. 124 ont été identifiés et l'un ne l'a pas été. Certains noms avaient été enregistrés deux fois", a indiqué le vice-gouverneur de la province Emil Dardak sur la chaîne Metro TV.

Samedi soir, des supporters de l'équipe du Arema FC ont pénétré sur le terrain du stade Kanjuruhan, dans la ville de Malang, après la défaite de leur équipe 3 à 2 contre celle de Persebaya Surabaya. C'était la première fois en plus de 20 ans que l'Arema FC perdait face à sa grande rivale.

La police, qui a qualifié cet incident d'"émeutes", a tenté de persuader les fans de regagner les gradins et a tiré des gaz lacrymogènes après la mort de deux policiers. De nombreuses victimes ont été piétinées mortellement.

Des images capturées à l'intérieur du stade montrent une énorme quantité de gaz lacrymogène et des personnes s'agrippant aux barrières, tentant de s'échapper. D'autres portaient des spectateurs blessés, se frayant un chemin à travers le chaos. 

Le stade contenait 42.000 personnes et était au complet selon les autorités.

Le président veut une enquête sur la sécurité des matchs de foot

AFP or licensors

Le président indonésien Joko Widodo a ordonné dimanche "une évaluation complète des matchs de football et des procédures de sécurité", après cet incident.

Le président indonésien a demandé à l'Association nationale du football de suspendre tous les matchs jusqu'à des "améliorations de la sécurité". "Je regrette profondément cette tragédie et espère que cette tragédie liée au football sera la dernière dans notre pays", a-t-il déclaré dans un discours télévisé.

Le drame, qui s'est déroulé samedi soir dans la ville de Malang, à l'est de l'île de Java, a aussi fait quelque 180 blessés dans cet archipel d'Asie du Sud-Est où les rivalités entre supporters virent souvent à la catastrophe. Des supporters de l'équipe du Arema FC ont pénétré sur le terrain du stade Kanjuruhan, dans la ville de Malang, après la défaite de leur équipe 3 à 2 contre celle de Persebaya Surabaya.

C'était la première fois en plus de 20 ans que l'Arema FC perdait face à sa grande rivale. La police, qui a qualifié cet incident d'"émeutes", a tenté de persuader les fans de regagner les gradins et a tiré des gaz lacrymogènes après la mort de deux policiers. De nombreuses victimes ont été piétinées mortellement. Des images capturées à l'intérieur du stade montrent une énorme quantité de gaz lacrymogène et des personnes s'agrippant aux barrières, tentant de s'échapper. D'autres portaient des spectateurs blessés, se frayant un chemin à travers le chaos.

Le stade contenait 42.000 personnes et était au complet selon les autorités.

Sur le même sujet

Indonésie : le bilan de la bousculade dans un stade monte à 131 morts selon un nouveau bilan

Monde Asie

Articles recommandés pour vous