RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Inciter les jeunes Belges à aider les Syriens sans partir combattre

La Belgique veut inciter les jeunes à aider les Syriens sans partir combattre
24 juin 2013 à 10:23 - mise à jour 24 juin 2013 à 18:11Temps de lecture2 min
Par Belga News

"Comment aider la population syrienne sans se tromper de combat", interroge une brochure qui sera distribuée dans les écoles, les mouvements de jeunesse, les organisations de quartiers, les clubs sportifs, les mosquées, etc.

Alors qu'on estime entre 80 et 100 le nombre de jeunes Belges partis en Syrie, ce fascicule de contre-discours détaille les raisons de ne pas aller combattre: la Coalition nationale syrienne ne le souhaite pas, un combattant représente une charge pour la population locale, les risques vitaux sont réels, les proches s'inquiètent, le retour sera difficile vu la surveillance systématique des autorités, etc.

La brochure invite au contraire à s'engager dans des actions de soutien depuis la Belgique, comme "Un thé pour Syrie 12-12", l'opération humanitaire syrienne du consortium 12-12.

Ce dernier - qui associe Caritas International, Handicap International, Oxfam, Médecins du monde et l'Unicef - a déjà récolté 2,2 millions d'euros pour des vivres et des soins en Syrie et dans les pays voisins qui accueillent un nombre croissant de réfugiés. Mais il en nécessite 6 à 8 millions d'ici la fin de l'année, alors que les besoins des secours les plus urgents aux victimes et aux réfugiés (8 millions de personnes) sont estimés à 3,7 milliards d'euros.

Philippe Hensmans (Amnesty International Belgique) dit refuser l'indifférence d'une majorité d'Occidentaux qui, parce qu'ils ne comprendraient plus le conflit syrien, "diraient: laissons-les s'entretuer, on verra ce qui en sortira".

Son organisation soutient, avec plusieurs rédactions du pays et d'autres ONG, le travail journalistique d'une quinzaine de jeunes particulièrement concernés, intitulé "Quand la Syrie parle aux jeunes, les jeunes nous parlent du monde".

En Flandre, particulièrement touchée par le phénomène des départs de jeunes en Syrie, les bourgmestres de Vilvorde Hans Bonte (sp.a) et de Malines Bart Somers (Open Vld) se réjouissent de ces actions associant plusieurs niveaux de pouvoir.

"C'est précieux de voir des jeunes s'indigner et s'engager, mais faisons de cet engagement quelque chose de positif", a souligné M. Somers, pour qui les initiatives présentées ce lundi à la presse, dans le quartier des Marolles à Bruxelles, sont quelques éléments d'une politique plus large de prévention.

Les deux mois de vacances qui s'annoncent constituent une opportunité idéale pour développer les initiatives humanitaires des jeunes en faveur de la population syrienne et éviter des départs, a souligné la ministre de l'Intérieur et de l'Egalité des chances Joëlle Milquet (cdH).


Belga

Milquet : l'alternative des départs en Syrie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Inciter les jeunes Belges à aider les Syriens sans combattre: bilan positif

Belgique

La Croatie entre officiellement dans l'Union Européenne

Articles recommandés pour vous