RTBFPasser au contenu
Rechercher

Incident à Gand: l'agresseur est un réfugié reconnu, qui souffre de "troubles psychiques"

Ce qui est sûr, c’est qu’un homme est arrivé hier soir dans la hall de la gare Saint Pierre à Gand en hurlant.
24 janv. 2018 à 06:20 - mise à jour 24 janv. 2018 à 07:14Temps de lecture1 min
Par RTBF

Des policiers des chemins de fer ont tiré mardi sur un homme qui les agressait en gare de Gand. L'individu, un Afghan de 28 ans est blessé gravement mais ses jours ne sont plus en danger. Selon le parquet, il souffre de "troubles psychiques" et ne présente aucun signe de radicalisation.

Interrogé ce mercredi dans Matin Première, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA), indique qu'on "ne peut faire de lien avec des motifs terroristes. On sait que c'est un réfugié reconnu, de nationalité afghane, qui n'est pas connu comme radicalisé. L'enquête judiciaire est en cours". Ces faits ne sont pas liés avec la baisse récente du niveau de la menace terroriste, selon lui : "C'est la police des chemins de fer, qui est toujours présente dans les grandes gares (la gare de Gand est une grande gare)" qui est intervenue.

Ce qui est sûr, c’est qu’un homme est arrivé en soirée dans le hall de la gare Saint-Pierre à Gand en hurlant. Difficile de passer inaperçu. Il avait déjà ameuté le quartier en poussant des cris sur la place devant la gare et dans un magasin de nuit. Il avait un petit couteau en main.

Remarqué par des policiers des chemins de fer, il s'est dirigé vers eux. Les policiers lui ont intimé l'ordre de lâcher son arme, ce qu'il n'a pas voulu faire. Les policiers ont alors tiré. Deux enquêtes sont en cours. L'une sur les faits, l'autre sur la réaction des policiers. 

Deux personnes qui accompagnaient l'auteur de cette action ont été interpellées.

Articles recommandés pour vous