Mobilité

"Ils ne comptent pas": des élèves de l'enseignement spécialisé sans transport scolaire

© © Tous droits réservés

Des centaines d'enfants scolarisés dans l'enseignement spécialisé sont privés de transport scolaire en raison d'une pénurie de chauffeurs et d'accompagnateurs. "C'est intolérable", clament différentes associations dans une lettre ouverte à l'attention des ministres de tutelle, à savoir le ministre-président de la Région bruxelloise Rudi Vervoort (PS), le ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry (Ecolo) et la ministre de l'Education Caroline Désir (PS).

La situation de pénurie de chauffeurs et d'accompagnateurs est connue depuis plusieurs années, mais elle s'est particulièrement aggravée en ce début d'année scolaire, explique Bernard Hubien, secrétaire général de l'Ufapec (l'Union francophone des associations de parents de l'enseignement catholique), signataire de la lettre ouverte. "C'est l'incurie des ministres de tutelle qui a créé cette crise, car ils ont laissé s'aggraver une situation déjà problématique."

"Cette situation signifie que la plupart de ces élèves doivent rester à domicile et sont donc privés de leur droit fondamental à l'éducation", dit la lettre ouverte. Souvent, les familles sont dans l'impossibilité de les accompagner elles-mêmes ou l'un des deux parents doit renoncer à son emploi pour pouvoir conduire l'enfant. 

Les associations signataires (dont l'Association de parents d'enfants sourds et malentendants, l'Association belge pour les enfants en difficulté d'apprentissage, Coeur-à-corps et Autisme-Belgique) appelle à des actions concrètes des ministres et "matériellement efficaces". 

"Vous ne pouvez pas laisser plus longtemps ces enfants fragiles sans scolarité et leur famille dans le désespoir", fulminent les associations.

"On nous rétorque souvent que le problème concerne peu d'enfants", ajoute Bernard Hubien (Ufapec). "Oui, mais ils ont encore plus besoin du transport scolaire que les autres. Les personnes handicapées dans notre société, que l'on veut inclusive, sont laissées sur le côté. Elles ne vont pas aller manifester... Ces élèves ne comptent pas."

Sur le même sujet : JT du 31/08/2022

Sur le même sujet

Vottem : une maison de repos accueille temporairement des élèves de l’enseignement spécialisé

Regions Liège

Manifestation des enseignants : des revendications concrètes face à une crise du secteur

Education

Articles recommandés pour vous