RTBFPasser au contenu

Societe

Il y a 50 ans, Youri Gagarine était le premier homme dans l'espace

Il y a 50 ans, Youri Gagarine était le premier homme dans l'espace
11 avr. 2011 à 13:13 - mise à jour 11 avr. 2011 à 15:334 min
Par Jean-François Herbecq
Il y a un demi-siècle, le premier vol habité de Vostok 1 va donner le coup d'envoi d'une course aux étoiles entre les Etats-Unis et l'Union soviétique qui s'affirme par cet exploit. Quatre ans plus tôt, l'Union soviétique avait déjà été le premier pays à envoyer un satellite dans l'espace, le célèbre Spoutnik.
A bord de la minuscule capsule Vostok lancée par une fusée R-7 de la base de Baïkonour au Kazakhstan, un homme de 27 ans, choisi pour ses qualités mais aussi sa taille modeste. C'est Youri Gagarine, une pilote militaire au sourire franc qui allait devenir ambassadeur de l'URSS, héros national soviétique puis russe mais au destin tragique.
Des origines modestes mais doué
Issu d'une famille de travailleurs manuels, la carrière de Youri Gagarine démarre sur des chapeaux de roue: étudiant à l'institut technico-industriel de Saratov, il devient pilote amateur. A 25 ans, il rejoint l'armée de l'air et pilote des avions de chasse MiG-15.
En 1960, le jeune pilote est sélectionné pour devenir cosmonaute. Persévérant et doué, il passe toutes les sélections et sera désigné pour le premier vol habité dans l'espace.
Le 12 avril 1961 son vol dure 108 minutes seulement. Il fait le tour de la Terre à une altitude moyenne de 250 kilomètres. 
Une série de problèmes techniques
Le vol est émaillé de nombreux problèmes techniques. Le vaisseau Vostok n'avait pas été placé sur la bonne orbite, selon un expert du secteur spatial russe. "Au cours du vol de Gagarine, 11 situations critiques ou anormales avec des degrés de difficultés différents ont été constatées", explique Boris Tchertok, ancien adjoint de Sergueï Korolev, le père du secteur spatial soviétique. 
Les problèmes ont commencé avant l'envol du vaisseau Vostok, lorsqu'on a découvert que la combinaison spatiale de Gagarine pesait 14 kilos de trop, a expliqué Boris Tchertok, âgé de 99 ans. Pour alléger la combinaison, il a été décidé de couper certains câbles, mais au cours de l'opération, des câbles permettant de mesurer la pression et la température ont été sectionnés par erreur, ajoute-t-il.
L'expert a relevé une autre erreur, qui aurait pu être fatale: le vaisseau de Gagarine a été envoyé dans une mauvaise orbite, ce qui aurait pu en cas de panne de moteurs, faire durer son retour sur terre un mois alors qu'il n'avait des réserves de vivres que pour une semaine lors de ce vol qui dura 108 minutes.
La rentrée dans l'atmosphère s'est mal passée car le module de service et le module de rentrée ne se séparent pas comme prévu. Finalement Youri Gagarine doit s'éjecter de sa capsule et termine sa descente en parachute, fait qui restera caché pendant 29 ans pour des raisons de propagande.
Honneurs, excès et secrets
Aux yeux du monde entier, l'Union soviétique a réussi un exploit. Il va être exploité par la propagande et Youri Gagarine est promu au rang de symbole. 
Il sera ambassadeur du savoir-faire spatial soviétique mais se voit imposer un devoir de silence sur les détails techniques de l'exploit. Face à la presse, il manie la langue de bois à la perfection. A un journaliste qui lui demande "Quand vous a-t-on annoncé que vous aviez été sélectionné pour le vol ?", il dit : "On me l'a annoncé au moment opportun". A une autre question : "Quand le prochain vol doit il avoir lieu ?", il répond : "Je crois que nos scientifiques et cosmonautes planifieront le prochain lorsque cela sera nécessaire"...
La manie du secret va aussi générer des rumeurs qui prétendaient que Youri Gagarine n’était pas le premier à visiter l’espace. D’autres cosmonautes soviétiques auraient péri dans leurs tentatives précédentes. Ecoutez ci-contre les explications de Pierre-Emmanuel Paulis à ce sujet. 
Youri Gagarine va voyager dans le monde entier et sera partout reçu en héros. Les honneurs vont finir par lui monter à la tête et déboucher sur des excès en tout genre : alcool et femmes, notamment. Il grossit. Il se blesse même en se jetant du premier étage d'un immeuble pour échapper à une femme alors qu'il est en charmante compagnie.
Il ne participera plus à aucun vol spatial et est affecté à la bureaucratie de l'astronautique soviétique. Il se sort miraculeusement de plusieurs graves accidents de voitures car il aime rouler vite. Début 1968, après des années d'interdiction de vol comme pilote de chasse, il reprend les commandes d'un avion militaire mais meurt dans un accident aux circonstances mystérieuses le 27 mars 1968.
Vladimir Poutine tente de renouer avec l'âge d'or
Hasard du calendrier, cet anniversaire intervient l'année où la Russie deviendra le seul pays à même d'amener des cosmonautes jusqu'à la Station spatiale internationale, la Nasa mettant ses navettes à la retraite.
Mais l'âge d'or de la domination russe est néanmoins passé, la Russie, en particulier depuis la chute de l'URSS, ayant largement réduit ses investissements en la matière. Les programmes russes ont aussi été marqués par des échecs, en particulier en ce qui concerne Glonass, le système de navigation par satellite censé rivaliser avec le GPS américain. Fin décembre, trois appareils du réseau se sont abîmés dans l'océan Pacifique peu après le lancement de la fusée qui devait les mettre en orbite.
Mais Moscou compte revenir dans la course. Le gouvernement a débloqué 800 millions de dollars pour construire d'ici 2018 un nouveau cosmodrome dans l'est de la Russie, près de la frontière chinoise.
Actuellement, l'essentiel des fusées russes décollent depuis Baïkonour, la base de lancement soviétique construite au Kazakhstan et d'où Youri Gagarine était parti en 1961.
Vladimir Poutine a annoncé cette semaine que la Russie allait aussi se relancer dans l'exploration en envoyant une sonde vers Phobos, l'une des deux lunes de Mars.
Il a aussi appelé les pays participant à l'ISS à unir leurs efforts pour explorer ensemble la Lune, Mars et d'autres planètes du système solaire.
"Dans l'ensemble, nous devons étendre notre présence sur le marché mondial de l'espace, qui a été multiplié 2,5 fois depuis 2003 et qui s'établit désormais à 200 milliards de dollars", a dit le Premier ministre russe.

JFH et AFP

Les images d'archives du vol de Y. Gagarine

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous