Belgique

Il manque environ 150 chauffeurs de bus scolaires à la veille de la rentrée, selon la FBAA

photo d'illustration

© © Tous droits réservés

26 août 2022 à 12:29Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Marine Lambrecht

Il y a toujours une pénurie d'environ 150 chauffeurs de bus scolaires à l'aube de la nouvelle rentrée, a confirmé vendredi Patrick Westelinck, directeur général de Fédération belge des exploitants d'autobus et d'autocars (FBAA), à Belga. Certains ramassages courent le risque de ne pas être assurés.

Pendant les vacances d'été de cette année, la FBAA avait lancé des campagnes de communication pour tenter d'attirer de nouveaux chauffeurs de bus et d'autocars. À l'époque, plus de 300 postes étaient à pourvoir, principalement pour assurer les trajets scolaires. Si les campagnes ont relativement porté leurs fruits, la formation des aspirants dure environ un an et la FBAA déplore encore une pénurie de chauffeurs de bus scolaires.

"Grâce à ces actions, nous avons enregistré plusieurs centaines de candidats en quelques semaines, mais malheureusement, pour cette année, il nous faudrait encore environ 150 chauffeurs de bus scolaires en Wallonie et à Bruxelles pour couvrir correctement les différents circuits", souligne Patrick Westelinck.

Certains circuits risquent de ne plus être actifs

Cette pénurie s'explique par plusieurs facteurs, notamment le caractère spécifique des contrats. Les chauffeurs scolaires ne roulent que pour aller déposer et chercher les enfants à l'école, ce qui correspond à un rythme horaire de plus ou moins 20 à 24 heures par semaine. Des conditions loin d'être évidentes pour attirer du personnel.

"La moyenne d'âge des chauffeurs est de 52 ans. Un grand nombre d'entre eux s'accommodent de ce rythme particulier, une fois plus âgés, mais quand on est jeune et que l'on débute sur le marché du travail, ce n'est pas très attirant. De plus, comme les chauffeurs suivent le rythme scolaire, quand il y a congé, ils ne travaillent pas", ajoute M. Westelinck.

Pour ce dernier, si la situation peut encore évoluer dans les semaines, voire les mois à venir, il existe un véritable risque que certains circuits ne soient plus desservis pendant un certain temps, faute de chauffeurs. 

"Les chauffeurs d'autobus ne peuvent pas venir suppléer, puisqu'ils sont généralement occupés toute la journée. À court terme, il faudra donc peut-être accepter la possibilité que certains circuits de ramassage des enfants ne soient pas actifs. En tant que fédération, on essaie de réfléchir aux possibilités, mais ce sont les autorités qui prennent les décisions finales, conclut M. Westelinck.

Sur le même thème : Extrait JT (16/07/2022)

Sur le même sujet

Rentrée scolaire : tout sur le nouveau calendrier 2022-2023 et les nouveaux rythmes scolaires

Education

Caroline Désir, sur le pacte d’excellence : "C’est une rentrée historique"

Belgique

Articles recommandés pour vous