RTBFPasser au contenu

Standard de Liège

Hugo Siquet : "J’espère que les nouveaux investisseurs vont permettre au Standard de repartir du bon pied et d’avoir une stabilité"

Hugo Siquet : "J’espère que les nouveaux investisseurs vont permettre au Standard de repartir du bon pied et d'avoir une stabilité"

Diablotins

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

25 mars 2022 à 06:004 min
Par Jâd El Nakadi avec Pierre Deprez

Hugo Siquet est une nouvelle fois bien présent avec les Diablotins pour affronter le Danemark lors des qualifications pour le Championnat d’Europe des moins de 21 ans en 2023. À cette occasion, le latéral s’est confié à notre micro et est revenu sur son passage au Standard ainsi que sur son arrivée à Fribourg.

Débarqué à Fribourg lors du dernier mercato estival, Siquet n’a pas encore eu l’occasion de fouler les pelouses du championnat allemand. Parfois sur le banc, parfois absent de l’effectif, l’ex-Rouche prend son mal en patience. "Le travail à Fribourg, je le fais étape par étape. Je suis encore en adaptation. Je me prépare pour un futur proche ou lointain. Ce n’est pas toujours facile. Je sais qu’il y a un projet derrière moi et qu’on croit en moi, même s’ils savent que je suis un peu déçu de mon temps de jeu".

Malgré son temps de jeu inexistant, Siquet est persuadé d’avoir fait le bon choix en rejoignant Fribourg : "C’est l’équipe parfaite pour moi. Il y a des opportunités à ne pas manquer. Il y a déjà eu des choses qui se sont passées cet été et j’ai préféré rester. Et là, je sentais que c’était le bon moment pour moi et pour le Standard".

J’aurais espéré avoir des moments plus heureux avec le Standard

Le latéral droit de 19 ans admet néanmoins qu’il serait resté au Standard si le club liégeois n’avait pas eu un besoin urgent de liquidité : "Quand on voit le parcours de Yari Verschaeren et Charles De Ketelaere qui sont restés plus longtemps dans leur club, ça paye. On voit qu’ils progressent, mais le Standard n’était pas dans la situation d’Anderlecht et Bruges. Un transfert était là et c’est comme ça. J’aurais espéré avoir des moments plus heureux avec le club. On a connu beaucoup de moments difficiles, quasi que des moments difficiles. C’est dur mentalement pour un joueur. J’ai appris beaucoup de cette période et je suis désormais préparé à ce genre de situation".

La façon de gérer les jeunes a changé au Standard

Si le Standard forme et sort des joueurs de son académie, le Matricule 16 s’en sépare tout aussi vite à l’image d’un Ameen Al-Dakhil, qui a rejoint Saint-Trond dans un contexte particulier. "La mentalité ou la façon de gérer les jeunes a changé au Standard. Je pense que c’est aussi dû à la situation financière du club. Quand un jeune sort, il est mis en vitrine et on a tendance à le vendre trop vite. Quand le Standard a été champion, deux ou trois jeunes étaient suivis par de grands clubs mais il n’y avait pas cette nécessité de devoir vendre".

"C’est une saison noire à oublier et j’espère que les nouveaux investisseurs vont permettre au Standard de repartir du bon pied et d’avoir une stabilité. Je reste supporter du club et dès que je pourrai aller les voir, j’irai", a conclu Hugo Siquet.

Sur le même sujet

02 avr. 2022 à 15:30
1 min

Articles recommandés pour vous