RTBFPasser au contenu
Rechercher

Hong Kong : un couple poursuivi pour émeutes a été acquitté, une décision qui pourrait faire jurisprudence

Henry Tong et Elaine To avaient été inculpés pour "participation à une émeute"
24 juil. 2020 à 09:33 - mise à jour 24 juil. 2020 à 09:33Temps de lecture2 min
Par Belga

Un couple de Hongkongais qui avait été arrêté l’été dernier en marge des manifestations prodémocratie dans l’ex-colonie britannique a été déclaré ce vendredi non coupable de "participation à une émeute", une décision qui pourrait faire jurisprudence pour des centaines d’autres personnes poursuivies sous le même chef d’accusation.

Plus de 9000 personnes ont été arrêtées dans la région semi-autonome du sud de la Chine depuis le début, en juin 2019, d’un mouvement de contestation sans précédent depuis la rétrocession en 1997.

Interpellés en juillet, Henry Tong et Elaine To avaient été inculpés pour "participation à une émeute", une qualification passible de sept ans de prison.

Les vêtements noirs ne sont pas suffisants

Un tribunal de district a estimé ce vendredi que rien ne permettait de prouver que le couple avait pris part à la manifestation qui s’était déroulée le jour de leur arrestation. Le juge Anthony Kwok a estimé qu’on ne pouvait faire reposer cette présomption sur le simple fait que les deux portaient des vêtements noirs semblables à ceux des manifestants. "Le noir est la couleur que portent au quotidien de nombreux habitants", a-t-il observé.


►►► Lire aussi : manifestations à Hong Kong : comment en est-on arrivé là ?


"Nous n’allons pas faire la fête car nombreux sont ceux qui sont dans l’attente d’une décision équitable", a déclaré M. Tong à l’extérieur du tribunal. Lui et sa compagne avaient été libérés sous caution en août et se sont depuis mariés.

Jurisprudence ?

Cette décision pourrait être invoquée par les avocats des 600 autres personnes poursuivies pour "participation à une émeute" depuis l’an dernier.

La mobilisation, née en juin 2019 du rejet d’un texte controversé censé autoriser les extraditions vers la Chine, s’était muée en une contestation très large du rôle de Pékin dans les affaires de sa région censée jouir d’une large autonomie jusqu’en 2047.

Elle avait donné lieu à des manifestations et actions quasi quotidiennes dans la ville, qui avaient parfois dégénéré en affrontements violents entre radicaux et forces anti-émeutes.

Pékin a riposté le mois dernier en imposant à Hong Kong une loi très controversée sur la sécurité visant à réprimer tout acte de "subversion" et qui durcit considérablement les peines encourues. Un texte que le mouvement pro-démocratie présente comme le dernier clou sur le cercueil de la semi-autonomie de Hong Kong.

Hong Kong : Le Parlement chinois a approuvé le projet de loi sur la sécurité nationale

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement