Hong Kong: les manifestants bravent l'interdiction policière

Hong Kong : huitième semaine de contestation

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

28 juil. 2019 à 10:45 - mise à jour 28 juil. 2019 à 10:45Temps de lecture2 min
Par Belga

Des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie ont entamé dimanche une marche non autorisée dans Hong Kong, au lendemain de violents incidents lors d'un précédent rassemblement interdit.

La foule s'est rassemblée au coeur de la mégapole durant l'après-midi et, alors que la police n'avait autorisé qu'un rassemblement statique dans un parc, s'est vite éparpillée pour marcher dans les rues. Ce qui laisse craindre de nouveaux affrontements au moment où la contestation du gouvernement pro-Pékin de Hong Kong entre dans sa huitième semaine.

Samedi, de violents incidents avaient éclaté à Yuen Long, ville proche de la frontière chinoise, à l'issue d'une manifestation interdite rassemblant des dizaines de milliers de personnes.

Elles protestaient pacifiquement contre l'agression de militants pro-démocratie le dimanche précédent, attribuée à des triades, des gangs violents, et qui avait fait 45 blessés selon des sources hospitalières.

Mais en soirée des face-à-face tendus ont opposé des groupes de manifestants souvent casqués à la police anti-émeutes qui a utilisé du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc avant de charger à la matraque.

Dans la gare de la ville, là même où s'était produite l'agression attribuée aux triades, des mares de sang sur le sol témoignaient de la violence des heurts.

De sources hospitalières, 24 personnes ont été blessées dont deux grièvement. La police a fait état dimanche de 13 arrestations.

Au coeur même de la mégapole, la manifestation de dimanche intervient une semaine après des incidents qui ont vu la police anti-émeutes tirer des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes sur les manifestants qui s'en étaient pris au Bureau de liaison du gouvernement chinois à Kong Kong.

Hong Kong est plongé depuis le 9 juin dans la pire crise de son histoire récente. Des millions de personnes participent à de gigantesques manifestations pacifiques contre le gouvernement local pro-Pékin.

Le mouvement est parti du rejet d'un projet de loi désormais suspendu visant à autoriser les extraditions vers la Chine puis s'est élargi à des revendications plus larges de réformes démocratiques, sur fond d'inquiétude générée par l'ingérence jugée grandissante de Pékin dans les affaires intérieures de l'ancienne colonie britannique rétrocédée à Pékin en 1997.