RTBFPasser au contenu

Histoire du monde

Histoire du Monde : les cafés à chats

Histoire du Monde : les cafés à chats

Ils courent sur les tables et dorment sur les chaises… Au Cat Time café d’Osaka, les chats sont rois. Car c’est pour eux que les clients viennent. Chats de gouttières, persans ou siamois… ils sont une bonne vingtaine, dans ce petit bar, à accueillir les clients. Des employés et cadres qui, après le boulot, paient une dizaine d’euros par heure pour jouer avec les chats.

Il y a quelques règles, explique un reportage d’Al Jazeera : ne pas réveiller un chat qui dort et, surtout, interdiction formelle de leur tirer la queue. Les clients peuvent, par contre, se balader à quatre pattes ou se coucher sur le parquet. Les deux serveuses apportent du thé et des petits gâteaux. Ceux qui veulent nourrir les chats peuvent aussi acheter des portions de pâté, servies dans des bols colorés. Entre les tables, il y a des perchoirs et des boîtes dans lesquels les chats aiment se cacher.

Les japonais aiment beaucoup les animaux mais ils vivent souvent dans de petits appartements où il est interdit d’en posséder. C’est de ce constat qu’est né la mode des "cafés à chats". C’est devenu un tel phénomène que les autorités ont commencé à s’inquiéter du bien être des chats. Rien n’est prévu dans la loi sur le ‘travail’ des félins. Et certains voudraient limiter les horaires de leurs prestation. Le gouvernement a voulu imposer une fermeture à 20h des "bars à chats". Leurs gestionnaires rétorquent que les chats sont naturellement très en forme le soir et que leurs clients sont, pour la plupart, des employés de bureaux occupés toute la journée.

Des "cafés à chats" ont commencé à apparaître en Corée, en Chine et à Taïwan. Mais le Japon est, indiscutablement, le pays le plus en pointe dans la location d’animaux. Pour une heure ou une semaine, vous pouvez louer à peu près tout, de la tortue au perroquet. Les chats et chiens restent tout de même les plus demandés.

Articles recommandés pour vous