Histoire du Monde : le bateau de l'avortement

Women on Waves

© Google

Le bateau a pris le large depuis les Pays-Bas il y a deux jours. Son point d'arrivée reste secret. Ce sera au Maroc mais pas question d'en dire plus. Forcément l'objectif de l'organisation "Women on waves" est illégal au Maroc : donner des informations et promouvoir l'avortement. C'est la première fois cette semaine que l'organisation choisi un pays musulman. Jusque là c'était plutôt les bastions catholiques qui étaient visés. L'Irlande en 2001, la Pologne en 2003, le Portugal et l'Espagne, c'était en 2008, juste avant la légalisation de l'avortement. Et pour contourner les lois locales, l'équipe composée uniquement de femmes propose des avortements en pleine mer, au large, dans les eaux internationales.

Cette première visite au Maroc se fera sans avortement, juste de l'information et de la sensibilisation. On sent que l'initiative marche sur des oeufs. Au Maroc, l'avortement n'est autorisé qu'en cas de danger pour la vie de la mère, à condition seulement que l'époux (qu'il soit le père ou non) donne son accord. Les marocaines risquent 2 ans de prison en cas d'infraction. Le personnel médical ou toute personne surprise à pratiquer l'interruption volontaire de grossesse risque 5 ans voir 10 en cas d'avortements multiples. Le sujet est donc très délicat.

La démarche de Women on waves se fait en accord avec des associations sur le terrain. Ce sont d'ailleurs ces associations qui ont invité ce bateau de l'avortement. Des marocains qui dénoncent les conséquences de l'interdiction de l'avortement. Pour ces pro-choix, les conséquences sont surtout pour les femmes qui avortent dans la clandestinité dans des conditions sanitaires précaires. Women on waves est sur la route. Son arrivée pourrait provoquer des manifestations d'opposition.

Inscrivez-vous à la newsletter LaPremière!

Info, culture et impertinence au menu de la newsletter de La Première envoyée chaque vendredi matin.

Articles recommandés pour vous