RTBFPasser au contenu

Musiq3

Hier vloekt men niet, Damien Deroubaix

Hier vloekt men niet, Damien Deroubaix
04 déc. 2017 à 09:11 - mise à jour 04 déc. 2017 à 09:111 min
Par Pascal Goffaux

Hier vloekt men niet. Ici on ne jure pas. L’injonction était affichée dans les bistrots en Flandre au début du XXe siècle. Elle était illustrée par l’œil de Dieu dessiné dans un triangle. Le Centre de la Gravure à La Louvière rassemble sous ce titre l’œuvre unique et protéiforme de Damien Deroubaix.

L’artiste, né à Lille en 1972, aborde le thème de la surveillance en insérant dans son lexique l’image récurrente de l’œil. Sans doute par provocation choisit-il  la gravure et la peinture à l’aquarelle jugées désuètes en s’inscrivant à l’Académie des Beaux-Arts. Damien Deroubaix est un créateur contemporain qui recourt à la gravure sur bois, mais aussi à l’eau-forte et à la lithographie pour créer des images d’aujourd’hui avec une force expressive qui convoque Gauguin dans une cabane de bois qu’il a construite dans l’exposition. La cabane Le purgatoire accueille d’autres références de la peinture et de la musique. Ici, le bois côtoie le metal … (référence au genre musical). Le passage annonce l’entrée dans l’enfer. Crânes et squelettes, anges déchus et cavaliers de l’Apocalypse peuplent les images gravées à même le bois. Les matrices font apparaître des images sculptées et les phares de l’histoire de l’art, Albrecht Dürer, Diego Velasquez, Francisco Goya, James Ensor, Otto Dix et Pablo Picasso hantent le travail cathartique de Damien Deroubaix.

 

Damien Deroubaix est au micro de Pascal Goffaux.

Sur le même sujet

27 mars 2020 à 15:42
1 min

Articles recommandés pour vous