RTBFPasser au contenu

Monde

Heurts entre Palestiniens et policiers israéliens à Jérusalem-Est, des dizaines de blessés

Représailles: un ado palestinien enlevé et tué à Jérusalem
02 juil. 2014 à 05:25 - mise à jour 02 juil. 2014 à 17:563 min
Par Belga News

Un responsable du Croissant-Rouge palestinien a fait état d'au moins 65 blessés, dont trois touchés par des tirs à balles réelles.

Un photographe de l'AFP a vu plus de 30 Palestiniens blessés par des balles caoutchoutées, dont plusieurs journalistes.

Les heurts avaient éclaté en début de matinée peu après l'annonce de la mort de Mohammad Abou Khdeir, âgé de 16 ans et originaire de Chouafat, dans une apparente attaque de représailles après le meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie.

Les habitants de ce quartier résidentiel se sont pressés aux abords de la maison de la famille Abou Khdeir, mais le rassemblement a rapidement été réprimé par les gardes-frontières israéliens, des scènes rappelant les intifadas (soulèvements) palestiniennes, selon des témoins.

Les policiers ont tiré des balles caoutchoutées, des lacrymogènes et des grenades assourdissantes en direction des quelque 200 manifestants, la plupart masqués, qui leur jetaient des pierres et parfois des cocktails Molotov et des pneus enflammés, dans la principale rue de Chouafat. Des cameramen de la police filmaient les incidents en vue de possibles arrestations ultérieurement.

Le quartier de Chouafat, proche d'un camp de réfugiés qui porte le même nom, était bouclé par les forces de sécurité israéliennes. Les incidents ont diminué d'intensité en début de soirée. Des affrontements ont également eu lieu dans d'autres quartiers de Jérusalem-Est, à Issawiyeh, Beit Hanina et Ras al-Amoud, près du mont des Oliviers.

Vengeance?

Le président palestinien Mahmoud Abbas a par ailleurs demandé au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de condamner l'enlèvement, comme il l'avait fait lui-même pour les trois jeunes Israéliens disparus en juin.

Il a aussi appelé Israël à "prendre des mesures concrètes sur le terrain pour arrêter les attaques de colons et le chaos qui résulte de ces agressions".

Peu après, M. Netanyahu a qualifié de "crime abominable" l'enlèvement et le meurtre de Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, kidnappé alors qu'il faisait du stop dans le quartier de Chouafat, à Jérusalem-Est occupé et annexé, et retrouvé mort quelques heures plus tard dans la partie ouest de la ville, portant des traces de violences. "Le Premier ministre s'est entretenu avec le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch et a demandé l'ouverture d'une enquête pour retrouver dans les meilleurs délais les auteurs de ce crime abominable et en déterminer les circonstances", selon un communiqué du bureau de M. Netanyahu.

Le Premier ministre a appelé à "ne pas se faire justice soi-même", ajoutant qu'"Israël était un Etat de droit".

Le ministre du Logement Uri Ariel, un représentant du lobby de la colonisation, a également dénoncé "un acte de haine choquant".

Selon la radio, l'adolescent a été kidnappé dans le quartier palestinien de Shuafat et son corps découvert plusieurs heures après dans une zone de Jérusalem-Ouest. La police israélienne a précisé qu'un adolescent arabe avait été vu en train d'être mis de force dans une voiture noire à Jérusalem-Est.

"Après des recherches, un corps a été retrouvé près de la forêt de Jérusalem" dans un quartier israélien, a déclaré à l'AFP Louba Samri, porte-parole de la police israélienne, précisant que la police cherchait à établir le lien entre l'enlèvement et la découverte du corps.

Des dizaines de milliers d'Israéliens ont assisté mardi aux funérailles des trois jeunes enlevés et assassinés en Cisjordanie occupée.

Traque et tension

Dans le même temps, l'armée israélienne continuait sa traque des ravisseurs des trois jeunes, indiquant avoir arrêté 42 Palestiniens dans la nuit de mardi à mercredi. Elle a aussi démoli la maison d'un membre du Hamas accusé d'implication dans le meurtre d'un policier israélien en Cisjordanie le 14 avril.

Dans le nord de la Cisjordanie, des graffitis appelant à la "vengeance des Juifs" ont été inscrits sur le mur d'une étable à Aqraba, près de Naplouse.

Le spécialiste militaire du journal Haaretz soulignait mardi que "cette atmosphère est propice à l'incitation à la violence, aux manifestations turbulentes et aux attaques contre les Arabes en Israël même", prédisant une recrudescence des incendies de mosquées et du vandalisme contre les biens de Palestiniens.

Près de 200 personnes ont pris part mardi à une manifestation anti-arabe à Jérusalem qui a dégénéré en "chasse aux Arabes", selon des témoins. "Ils entrent dans le tramway, arrêtent des voitures sur la route et hurlent 'mort aux Arabes'", a raconté un témoin à l'AFP, tandis que la police a annoncé avoir arrêté 47 manifestants mardi soir.

RTBF avec agences

Regain de tension au Proche-Orient après la mort d'un jeune palestinien

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

08 juil. 2014 à 20:02
6 min
07 juil. 2014 à 09:20
4 min