RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liege

Herstal : un centre d’essai pour les moteurs d’avions du futur

Herstal : un centre d’essai pour les moteurs d’avions du futur (ci-dessus le projet)

Aux Hauts-Sarts, à Herstal, le nouveau centre d'essais pour moteurs d'avions de Safran Aero Boosters sort doucement de terre. Son nom: BeCOVER, pour Banc d’Essais de COmpresseurs Valorisant l’Environnement et la Recherche.

Au total, l'investissement est de 50 millions d'euros, dont la moitié financée par la S.R.I.W. (Société Régionale dʼInvestissement de Wallonie), 1/4 par la S.F.P.I. (Société Fédérale de Participations et d'Investissement), et le dernier quart par le motoriste liégeois.

Unique en Europe, le centre servira à tester les parties de moteurs que Safran Aero Boosters produit à Herstal: les compresseurs, (ce qu'on appelle des "boosters" en anglais), mais il pourra également servir à d'autres motoristes dans le monde.

L'inauguration est prévue fin 2023.

Avant, ces tests étaient réalisés en Russie

 François Lepot, le CEO de Safran Aero Boosters.

"Avoir un banc d'essai pour tester des compresseurs basse pression de moteurs d'avions, ici, en local, est une façon aussi d'ancrer l'activité à long terme en Région wallonne" explique François Lepot, le CEO de Safran Aero Boosters.

"Avant, ces tests étaient principalement réalisés en Russie où ils avaient un banc comparable" poursuit le CEO. "On a fait des essais il y a une dizaine d'années pour tester nos produits actuels. Pour les produits du futur, nous les testerons nous-mêmes, en totale indépendance, ici, en Région wallonne."

Les bancs d'essai, c'est une grosse activité pour nous, avec beaucoup de potentiel

On connait Safran Aero Booster pour son travail sur les moteurs d'avions, mais ce qu'on sait moins, c'est que l'entreprise est aussi spécialisée dans la conception des bancs d'essai, comme le souligne François Lepot: "On a 200 personnes qui travaillent sur la conception de bancs d'essai aux quatre coins du monde pour nous et pour les autres. Le banc dont on parle ici va être fait par nous-mêmes. Il y a quatre autres bancs d'essai à Liers, à quelques kilomètres d'ici, qui testent des moteurs complets, mais nous faisons aussi des bancs d'essai pour des compagnies aériennes, pour des motoristes, pour des militaires. On a réalisé en tout et pour tout depuis le début de notre activité environ 200 bancs d'essai dans le monde. Ça coûte entre 10 et 50 millions d'euros un banc d'essai. C'est une grosse activité pour nous, avec beaucoup de potentiel."

Le centre d'essais de moteurs de Liers.
Le centre d'essais de moteurs de Liers. Safran Aero Boosters

Des tests en conditions réelles

Le bâtiment sera équipé d'un moteur ultra-puissant, comme le précise le CEO: "Le bâtiment de 3000 mètres carrés sera équipé d'un moteur électrique de 30 mégawatts, c'est à peu près 300 voitures de puissance, et ça va permettre de tester notre produit, qui est le compresseur basse pression, donc l'avant du moteur, sans le moteur, sans l'avion, dans des conditions réelles, en altitude. On va faire le vide comme à 10.000 mètres. On va vendre cet outil unique au monde au reste des motoristes militaires ou civils."

Un bâtiment enterré, avec un réserve naturelle au-dessus

Il n'y aura toutefois pas de nuisances sonores: "Non, d'abord parce qu'il n'y a pas le moteur puisque le moteur sera électrique et va entrainer notre compresseur. Ensuite, il s'agit d'un grand bunker de béton enterré, on ne verra plus rien de l'extérieur, ce sera une réserve naturelle au-dessus. On est plus bas que le sol pour faire la construction."

Le bâtiment sera totalement enterré.
Le bâtiment sera totalement enterré. Safran Aero Boosters

Il s'agira donc d'un bâtiment unique: "Il y a des sites équivalents, notamment en Russie, -mais vous comprenez que la Russie n'est pas vraiment à l'ordre du jour-, et qui ne sont pas exactement comparables au nôtre. Ce sera unique au monde, en tout cas dans le monde occidental".

A quoi ressembleront les moteurs de demain?

Dans le futur, les moteurs d'avions seront plus légers, mais gigantesques, avec des hélices apparentes: "Plus légers sûrement, mais pour le moteur d'avion, pour consommer moins, il faut avoir un moteur qui est de plus en plus gros, et qui brasse de l'air à faible vitesse par rapport à l'avion en énorme débit, et donc on se retrouve avec des moteurs qui deviennent gigantesques, avec des hélices de plus de 4 mètres de diamètres, donc ce n'est pas du tout les avions qu'on connait aujourd'hui. L'hélice sera apparente, il n'y aura plus un fuselage autour du moteur. Et pour arriver à tester ces moteurs, notre compresseur qui est devant, lui, paradoxalement, est devenu très très rapide, il arrive à des vitesses supersoniques au niveau des pales, et on se retrouve donc avec des machines qui n'existent pas et qu'il faut donc tester pour être sûrs qu'elles fonctionnent dans tous les cas de figures, y compris en altitude."

Articles recommandés pour vous