Patrimoine

Heritage Days : retour sur la colonisation qui a marqué le patrimoine bruxellois, les 17 et 18 septembre

© Heritage Days

25 août 2022 à 14:53Temps de lecture2 min
Par Maïna Boutmin

Bruxelles participe cette année encore à la célébration européenne du patrimoine. L’année passée, 40 000 visiteurs avaient foulé les pavés de la ville à la découverte de bâtiments et d’histoires fascinantes.

Cette fois-ci, la capitale a décidé d’explorer les différentes traces laissées par la colonisation dans ses dix-neuf communes.
90 activités qui démêlent et éclairent l’histoire coloniale sont proposées, les 17 et 18 septembre. 

Pour Bety Waknine, la directrice générale d’urban.brussels : "La thématique de cette année porte sur notre rapport à la colonisation et aux liens directs et indirects qui se sont forgés avec le Congo depuis le XIXe siècle. Cette thématique s’inscrit dans notre politique de sensibilisation et rencontre la nécessité d’informer et de réfléchir sur le passé, pour mieux appréhender le futur."

Place Saint Géry, affiches et réclames de l’époque coloniale seront passées au crible durant une conférence où les spectateurs seront amenés à questionner l’imaginaire colonial belge à travers sa propagande. A l’Atelier des Tanneurs, c’est du cacao dont on parle, et de la participation du Congo dans la renommée mondiale belge du meilleur chocolat.

Heritage Days c’est aussi beaucoup de promenades instructives à travers la ville, avec la possibilité d’en apprendre plus sur les noms de rues et les figures qui forgent notre quotidien. Une promenade insolite au Sablon, emmène les marcheurs sur les traces du colonialisme dans la BD. Une autre, Bruxelles métropole amnésique ausculte l’espace public et met en lumière les enjeux de la mémoire belgo-congolaise. Des balades qui permettent de redécouvrir nos lieux de vie : du Cinquantenaire à Matonge. 

Des balades qui permettent de redécouvrir nos lieux de vie : du Cinquantenaire à Matonge.
Des balades qui permettent de redécouvrir nos lieux de vie : du Cinquantenaire à Matonge. Belga Images

Bien sûr des bâtiments, parfois fermés au public le reste de l’année, ouvriront leurs portes le temps d’un week-end, comme l'ancien hôtel van Eetvelde, conçu par Victor Horta. Edmond van Eetvelde, administrateur général des affaires étrangères de l’État indépendant du Congo, en avait fait la commande. À l’intérieur de l’hôtel, Victor Horta a utilisé des matériaux provenant du Congo et certains motifs évoquant la colonie.

L’ancien hôtel van Eetvelde, conçu par Victor Horta était une commande de l’administrateur général des affaires étrangères de l’État indépendant du Congo.
L’ancien hôtel van Eetvelde, conçu par Victor Horta était une commande de l’administrateur général des affaires étrangères de l’État indépendant du Congo. CC BY-SA 4.0

Des expositions sont également au programme comme " Notre Congo/Onze Congo" qui dévoile les ficelles de la propagande coloniale belge en présentant une série de documents iconographiques et audiovisuels.

Dans une démarche de valorisation globale du patrimoine de Bruxelles, des lieux en dehors du thème participent également aux Heritage Days et sont à retrouvés dans le programme aux "incontournables". Une nouveauté est ajoutée au projet cette année, certaines ambassades seront exceptionnellement ouvertes au public. 

Pour consulter le programme complet.

 

Sur le même sujet

Nigeria : les célèbres bronzes pillés du Benin passent au numérique

Patrimoine

Décolonisation : plus de 500 "bronzes du Bénin" situés en Allemagne vont bien retourner au Nigéria

Monde

Articles recommandés pour vous