Hep Taxi

Hep Taxi : l’actrice, réalisatrice et chanteuse Sandrine Kiberlain, plus libre que jamais

Sandrine Kiberlain dans Hep Taxi à l’occasion de la sortie du film "Chronique d’une liaison passagère" d’Emmanuel Mouret.

© Hep Taxi

En 36 ans de carrière et 63 films, l’actrice s’est taillée une place de choix dans le cinéma français. Après avoir versé dans la chanson, Sandrine Kiberlain a désormais rejoint le rang des jeunes réalisatrices. Rencontre atypique avec une femme singulière.

 

"Plus la vie avance, plus j’ai l’impression d’avoir fait beaucoup de choses que j’aime. J’ai envie de faire que ce que j’ai envie de faire. Des trucs avec des gens que j’aime. Pas de prises de tête. Pas de choses dans le but d’être aimée ou d’être appréciée " déclare Sandrine Kiberlain. A 54 ans, l’actrice qui semble avoir réalisé tous ses rêves est toujours muée par un désir d’intensité et le goût du risque.

Actrice, un désir ancré depuis l’enfance

A 12 ans, elle veut être actrice. Nul ne s’en étonne. Dans la famille Kiberlain, on a le sens de la musique et l’amour du théâtre pratiqué en amateur par ses parents. Son père était expert comptable. Mais" son truc, c’était d’écrire des pièces, les mettre en scène avec ma mère qu’il a rencontrée à ce moment-là. Elle jouait sa fiancée et c’est comme ça qu’ils se sont mariés " raconte Sandrine Kiberlain. Sous le pseudonyme de David Decca, son papa lui a écrit Le Roman de Lulu qui valut à Sandrine, le Molière de la révélation théâtrale en 1997.

L’adolescente rôde tous les jours autour du cours Florent qu’elle va intégrer dès ses études en arts graphiques achevées. La suite logique, c’est le conservatoire. Admise après avoir présenté une scène tirée d’Annie Hall de Woody Allen où elle fait rire le jury, Sandrine Kiberlain s’y épanouit. "C’était génial parce que j’avais un cadre rassurant donc je pouvais être complètement zinzin à l’intérieur " explique-t-elle. Son prof, Daniel Mesguish lui conseille de rester " bizarre ". Il la qualifie de reine car elle est capable de passer du drame à la comédie en un instant.

Les premiers pas de Sandrine Kiberlain au cinéma

Son physique singulier ne fait pas l’unanimité. Grande, ultra-typée, loin du stéréotype de la Barbie. On lui recommande de se faire opérer du nez." Dans tout ce merdier, j’ai confiance en l’actrice que je suis […] je savais que j’usurpais pas du tout ma place " se remémore Sandrine Kiberlain. Jean-Paul Belmondo à qui la jeune femme donne la réplique en 1992, dans L’inconnu dans la maison lui dit : " tu vas faire des choses énormes".

Trois ans plus tard, c’est l’envol. Sandrine Kiberlain campe une escort girl dans Les Patriotes d’Eric Rochant. Son premier rôle important dont elle dit : " à partir de là, j’avais les armes pour convaincre. J’avais le film où il fallait que je saisisse ma chance". Dans la foulée, le prix Romy Schneider lui est attribué.

 

Des lauriers et des Césars

Avec En avoir ou pas (1996) de la réalisatrice Laetitia Masson, Sandrine Kiberlain remporte le César du meilleur espoir et rencontre son alter ego féminin. " Il y a une espèce d’identification, de reconnaissance " souligne l’actrice. Avec sa complice, elle tournera A vendre (1997) et Love me (1999). Précisant au passage : " les deux premiers, c’est des rôles où je tiens tout sur mes épaules. C’est une confiance folle qu’elle m’a donnée." A vendre " reste l’un des films les plus durs que j’ai pu faire ".

Nominée cinq fois pour le César de la meilleure actrice, Sandrine Kiberlain décroche enfin le trophée avec 9 mois ferme d’Albert Dupontel en 2014. Pour celle qui aime aller jusqu’au burlesque, le tournage de cette comédie barrée fut un régal. " Devant la caméra, je n’ai plus peur de rien. C’est mon alliée. J’ai juste à me glisser dans les souliers de l’histoire, du personnage " affirme-t-elle. Ces chaussures-là sont celles d’une juge impitoyable enceinte d’un serial killer.

 

Sandrine Kiberlain, également chanteuse et réalisatrice

Son premier album intitulé avec humour, Manquait plus que ça dont elle signe les textes paraît en 2005. Alain et Pierre Souchon ainsi que Camille Bazbaz le mettent en musique. Deux ans plus tard, les mêmes adjoints d’Etienne Daho et Michaël Furnon de Mickey 3D orchestrent le second opus de la blonde vénitienne, coiffé du titre " Coupés bien net et bien carré ".

Depuis le 26 janvier 2022, date de sortie de son premier long métrage, Une jeune fille qui va bien, Sandrine Kiberlain est aux yeux du public, une réalisatrice. A travers le destin d’une jeune femme insouciante brisée dans son élan de vie par la folie des nazis, elle rend hommage à ses quatre grands-parents juifs polonais rescapés de l’horreur dont elle tire sa ligne de vie et de conduite. Sandrine Kiberlain est actuellement à l’affiche de Chronique d’une liaison passagère d’Emmanuel Mouret et de Novembre de Cédric Jimenez.

 

 

Retrouvez Sandrine Kiberlain dans Hep Taxi ce dimanche 2 octobre, à 22h20 sur La Trois et en replay sur RTBF Auvio !

Articles recommandés pour vous