Hep Taxi

Hep Taxi : Bigflo et Oli ont, encore et toujours, le vent en poupe pour hisser haut leur rap fédérateur

Bigflo et Oli dans Hep Taxi à l’occasion du concert Grand-Place

© Martin godfroid

15 nov. 2022 à 09:06Temps de lecture3 min
Par Laure Verheye

Vingt ans d’existence sur internet et dix ans de carrière dans l’industrie musicale. Autant dire, un bail. Après un break de deux ans, les rappeurs toulousains ont renoué avec le succès via un nouvel album, " Les autres, c’est nous ". Leur rencontre dans Hep Taxi !

Cinq ans que Bigflo et Oli enchaînaient les concerts aux quatre coins du globe. A force d’être à 100%, l’énergie a fini par les lâcher. La créativité s’est raréfiée. En 2020, les rappeurs ont levé le pied afin de se requinquer. Une nécessité. En trois albums, ils ont conquis leur public et ce dès, le premier, La Cour des grands (2015). Bien avant la sortie de ce dernier, Orelsan les a invités en ouverture de son Zénith alors qu’Akhenaton d’IAM a vu en eux, la relève. Adoubés par ces ténors du rap, leur carrière rêvée se présentait sous les meilleurs auspices.

Bigflo et Oli, la revanche familiale en musique

" On s’imaginait devenir des stars, on avait cet objectif-là "

" Au lieu de jouer aux militaires ou de s’imaginer footballeur comme la plupart des petits, nous, on s’imaginait être des stars, on s’imaginait être sur scène, prendre des photos " confie Bigflo. Cette vocation précoce, Florian et Olivio Ordonez la doivent à leur argentin de père, chanteur de salsa arrivé en France comme clandestin. Et Bigflo d’expliquer : " je pense que c’est le fait que mon père n’ait jamais réussi à grande échelle à faire de la musique. On l’a vu tellement travailler à rechercher ça. Et lui, nous parlait tout le temps des artistes, de l’Olympia, des vedettes ".

Pour se donner les moyens de leurs ambitions, les frangins se mettent au rap à 6 et 9 ans. Trois ans plus tard, ils postent sur Youtube, leur premier clip, Château de cartes. En même temps, ils se forment au conservatoire. Trompette pour Olivio. Batterie et piano pour Florian. C’est la condition sine qua non de leur mère pour pouvoir faire de la musique. " Elle est issue d’un milieu très dur, très pauvre. Donc du coup, elle était obligée, dans sa vision, de nous mettre cette pression-là parce qu’elle ne voulait pas qu’on vive les mêmes choses qu’elle " raconte Oli.

C’est aussi leur génitrice, très littéraire, qui les pousse à écrire. Les deux ados s’en tirent si bien que leur flow se distingue, un soir de 2010, au Rap Contenders organisé à la Dynamo de Toulouse. Bigflo et Oli remportent la compétition. " Sur la fresque de notre vie, il y aurait une barre réservée à ce jour […] C’était le buzz du moment, cette battle de rap. On ne parlait que de ça dans la cour du lycée. C’était une porte d’entrée dans le monde pro " se souvient Oli. La prestation relayée sur le Net les révèle. Leur titre suivant, Ce n’est que le début, lui, les conduira aux premières parties de Sexion d’assaut.

Bigflo et Oli, un rap familial et fédérateur couronné de succès

Avec Gangsta,un truc qu’on a écrit à 12 ans, notre premier tube sans public " repris, a posteriori, sur leur premier album, La Cour des grands, Bigflo et Oli dévoilent la sage teneur de leur hip-hop. Leur appétit assumé pour les céréales et Bob l’éponge est à mille lieues de la provocation et des clichés machos bling-bling des rappeurs sulfureux. Ce qui rassure bien sûr les parents des jeunes fans de Bigflo et Oli. De plus, leurs sous-textes distanciés sur des sujets de société suscitent un intérêt qui favorise les collaborations.

Parmi les plus prestigieuses, citons celle avec Stromae sur Dommage, chanson originale de l’année aux Victoires de la musique 2018. Mais aussi, Joey Starr pour Trop tard. Des titres issus de leur second album, La Vraie vie. L’année suivante, Bigflo et Oli rempilent pour deux nouvelles Victoires, l’artiste masculin de l’année et l’album musique urbaine qui sacre leur troisième disque, La Vie de rêve.

Bigflo et Oli, des artistes hautement stratégiques

Juste après, leur carrière monte encore d’un cran quand ils remplissent le Stadium de Toulouse deux soirs de suite. Leur scène la plus imposante à ce jour, 60.000 personnes et en prime à domicile ! Pour l’anecdote, c’est l’acteur Will Smith qui a ouvert le show via une projection vidéo. As du buzz et fins stratèges, Bigflo et Oli ! Comme un écho au clip avec Jean Dujardin en featuring de la B.O du film Brice 3 qu’ils ont signée.

Une autre grande fierté : le concert à l’Accor Arena de Paris en juin dernier. Certes, ils n’étaient que 40.000 à les applaudir mais ce public-là, parisien, n’était pas acquis d’avance. Un heureux challenge célébrant leur retour et la sortie de leur quatrième album, " Les autres, c’est nous ". Sur celui-ci, encore une pléiade d’invités de marque dont Julien Doré, MC Solaar ou encore Francis Cabrel.

Retrouvez Bigflo et Oli dans Hep Taxi en replay sur RTBF Auvio !

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous