RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'atelier des muses

Henriette Renié : virtuose de la harpe et pédagogue de renom

À la question " Qui était Henriette Renié ? ", c'est en général les harpistes qui lèvent le doigt pour répondre. Et pour cause, cette compositrice fut une immense interprète, une grande virtuose et l’ont dit souvent d’elle qu'elle fut à la harpe ce que Liszt fut au piano. Également grande pédagogue, elle enseignera, entre autres à Lily Laskine et aura le mérite d'avoir réussi à sortir la harpe de l'orchestre pour en faire un instrument de soliste.

La toute jeune Henriette a fait savoir très tôt à son entourage son penchant pour cet instrument. Elle n'avait que 5 ans lorsqu'elle entendit un harpiste belge, Alphonse Hasselmans, en concert. Elle commence, dès cet âge-là, à prendre des cours auprès de ce dernier. Pour qu'elle puisse s'exercer, son père invente un système afin qu'elle atteigne facilement les pédales de son instrument. Henriette progresse tellement vite qu’elle empoche son prix de harpe au Conservatoire de Paris à seulement 11 ans. Lancée sur cette voie, elle poursuit ses études musicales en étudiant la composition, notamment dans la classe de Théodore Dubois et de Massenet qui l'encourage à composer.  Elle n'a que treize ans et fait déjà figure d’exception : c'est la seule jeune fille dans une classe de dix-huit hommes ! 

 

Sa grande carrière de soliste démarre assez vite. Henriette Renié donne ainsi de nombreux concerts mais ressent également une forte vocation à transmettre. Elle va donc frapper à la porte du conservatoire, mais on lui refuse le poste, prenant pour prétexte ses convictions religieuses. Il est en réalité plus probable qu'on ne voulait pas donner un poste si important à une femme. C'était inconcevable à l'époque. Sa carrière de pédagogue va donc se dérouler à l'extérieur du conservatoire et elle va former ainsi de nombreux élèves. Elle va même mettre sur pied un concours de harpe et écrire une méthode d'apprentissage qui fait encore figure de référence aujourd’hui.

Au début de sa carrière de concertiste, et à l'aube du 20ème siècle, en 1901 plus précisément, Henriette Renié, âgée alors de 25 ans, fait sensation en interprétant l'une de ses œuvres, le Concerto en do mineur, qui sera très positivement reçu par le public.

Une belle victoire pour la musicienne qui souhaitait plus que tout mettre son instrument favori en valeur et sur le devant de la scène.

L'atelier des muses

Henriette Renié

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Alice Mary Smith, l’une des premières compositrices britanniques à avoir composé une symphonie

L'atelier des muses

Leonora Duarte, compositrice et instrumentiste de talent dans l’Anvers baroque

L'atelier des muses

Articles recommandés pour vous